TESSÆ – Salope

-

- Publicité -

De cover en cover, TESSÆ finit par se retrouver sur scène avec Booba pour interpréter Arc en ciel, mais ce n’est pas tout, car cette jeune artiste se considérant à mi-chemin entre la pop d’une Angèle et l’univers urbain d’un Damso, a déjà sorti un EP et en prépare un second. Comme un clin d’œil aux 4 saisons de Vivaldi TESSÆ annonce quatre EP de la série SAISONS dont le premier PRINTEMPS comporte Bling streamé plus de 5 millions de fois. Le premier single de l’opus ÉTÉ vient de sortir et contrairement au titre de l’opus, il n’est ni ensoleillé, ni estival mais il dénonce le harcèlement de rue auquel sont confrontées toutes les femmes. Pour cela elle choisit de reprendre l’insulte balancée par ces harceleurs de rue et nomme ce single Salope. 

Le clip débute de manière très impactante. On la voit s’effondrer en pleurs, on comprend avec le message de la chanson qu’elle vient de subir une agression. Le clip réalisé par Luis Letailleur navigue dans une esthétique très travaillée entre danse contemporaine, jeux de lumières et scénario de court métrage. Ce passionné d’images, qui officie également dans le cinéma, aborde des sujets de société comme c’est le cas ici pour le harcèlement de rue. Tessae marche dans la rue, au petit matin, mais on la voit se retourner constamment, ce qui traduit une anxiété dans cet espace qui est synonyme de danger pour les femmes, elle y vit le harcèlement car elle se fait héler « Salope, salope retourne-toi Retourne toi ouais » mais elle conseille de ne pas le faire « Ne te retourne pas non« . Ce harcèlement est tellement insupportable qu’elle aimerait ne plus être une femme dans l’espace public car il appartient aux hommes qui s’y déplacent sans aucune contrainte contrairement aux femmes qui y craignent les agressions « Je troquerais bien volontiers Mon corps de femme en devenir Contre un aller simple sans revenir ». Les danseurs se trouvant derrière elle, avec une lumière rouge, symbolisent les harceleurs et la violence de ces agressions verbales. Elle raconte l’agressivité que l’on peut subir en refusant les avances de certains hommes « Dieu comme ce garçon lui plait Mais ce garçon ne veut pas d’elle À part son cul ça, ça lui plait Et si la fille rentre chez elle Et refuse le verre qu’il propose C’en sera fini de la prose La Belle entendra des Salope salope retourne-toi« . Dire non c’est également se mettre en danger, le garçon apprécié peut se transformer en démon car il ne supporte pas le refus, tout cela est mis en scène par les danseurs qui tournent autour d’elle de plus en plus vite, elle se sent alors prise au piège. Elle se retrouve ensuite à terre, le garçon sur elle, on peut y voir un acte sexuel non consenti où elle se sent dépossédée de son corps, ses yeux sont grands ouverts dans un état de léthargie pendant que lui la viole. 

- Publicité -

Sur une prod’ de Prinzly (Hamza, Damso etc…) et Klefman, un habitué des collaborations avec TESSÆ, elle signe un titre glaçant faisant écho aux voix qui ont pu s’élever après des mouvements comme #Metoo et contribue, à son jeune âge, à faire reconnaître un problème sociétal. C’est une prise de position courageuse dont le message paraît être de ne pas se retourner, de continuer sa route, d’aller en avant et ne pas se laisser ralentir par ces harceleurs. Néanmoins est-ce à la personne qui subit de changer son attitude ou plutôt à celle qui fait subir ? Pour cela les pouvoirs publics doivent mettre en place des mesures pour que cela change, donc en attendant, ne te retourne pas…

- Publicité -