lundi 1 juin 2020

Coelho – Vie est bonne

Devenir rédacteur chez Rapunchline

T'as l'âme d'un journaliste, t'es super motivé et tu t'y connais bien en musique urbaine ? Si tu penses avoir toutes ces qualités, contacte-nous par mail pour rejoindre notre équipe de bénévoles.

Coelho est originaire de Nantes, c’est peut être ce qui explique son style si particulier. Car dans la ville de l’Ouest, la musique electro est plus tendance que le Rap. Bien entendu, la ville de Rennes à quelques kilomètres de là a vu naître les « Enfants Terribles » de Columbine et l’Empereur du Sale, Lorenzo, mais Nantes n’était pas vraiment une ville de Hip-Hop même si les rappeurs d’Hocus Pocus avaient déjà lancé le mouvement. Avec son premier album solo « Philadelphia« , Coelho rejoint Tunisiano et Merkus à sa cause.

Pourquoi ? Peut-être parce que le rappeur nantais conceptualise ses projets au maximum. Comme il le précise au magazine Revrse venu l’interroger : J’aime bien les albums, j’aime bien les trucs avec un fil rouge et une vraie ambiance. J’aime pas les projets playlists avec des sons mis dans n’importe quel sens, même si ça m’arrive d’en écouter. Moi, j’ai grandi sur des albums et c’est ça que j’aime, donc quand on fait un projet avec mon frère, on essaye de faire un truc aussi carré que possible avec une tracklist qui a un sens. Même si je vais pas être aussi précis qu’un Kendrick Lamar, je vais essayer de créer une ambiance »

Et son album « Odyssée » est tout à fait de cet acabit. Après un titre très conceptuel tourné un peu comme une story sur Instagram, il revient avec un clip coup de poing. Entre quelques refrains autotunés, et des couplets incisifs kickés comme jamais, le rappeur pique la prod de Be Dar comme une abeille.

Un titre tout en égotrip :