Pour son grand marathon du clip, La Fouine vient de sortir le troisième épisode de sa série de freestyle extrait de sa mixtape “Sombre” qui sort chez Banlieue Sale. Qu’on le veuille ou non sa dernière mixtape dans la série des “Capitale Du Crime” dans sa version “CDC censuré” n’a pas connu l’immense succès que l’on attendait pour un artiste qui est à la fois acteur et personnage public à succès. Avec sa série “Rien à Prouver”, Fouiny revenait aux origines de son art en reprenant les succès des années 90′ comme “Qu’est ce que tu deviens ?” d‘ATK et même “Musique Rap” de Zoxea, et en les réadaptant à sa sauce. Avec sa série “Sombre“, il revient clairement à ses propres origines.

“Les toxicos au shtar ont le sourire à Deschamps”

 

Contrairement à ses albums studios, les mixtapes “Banlieue Sale” de l’artiste lui permettent d’avoir énormément de liberté. Ici c’est “sa sombre mélodie” qu’il retrace, une mélodie qui appartient au Rap français, que l’on veuille ou non. La prod réalisé par Lucas Presti est carrément Trap, carrément énervé. Au programme, un sample rapide de pianos aigus, très aigus même. La Fouine enchaîne une série de Punchlines légèrement autotunées, très espacées, très trappées. C’est un exercice de style pour l’artiste avec un refrain qui revient souvent : un format single.

“On va brûler en enfer à force d’aller au charbon”

Le ton est résolument “Gangsta”. La Fouine vient de Trappes, cette ville qui a connu un véritable regain artistique et sportif sous l’effet des élites sportives et artistiques de la ville. C’est tout Trappes qui s’est réuni dans ce clip réalisé Glenn Smith. Un peu à l’ancienne comme certaines grosses productions Rap comme le “93 Empire” de Kalash Criminel et Sofiane, comme certains clips de Naps, et comme beaucoup de rappeurs indépendants, La Fouine réunit toute la cité dans son clip. C’est un classique du Rap, c’est un juste retour aux sources pour le rappeur.