dimanche 15 novembre 2020

Furax Barbarossa – Crazy Horse

Devenir rédacteur chez Rapunchline

T'as l'âme d'un journaliste, t'es super motivé et tu t'y connais bien en musique urbaine ? Si tu penses avoir toutes ces qualités, contacte-nous par mail pour rejoindre notre équipe de bénévoles.

Implanté depuis bien longtemps dans le paysage du rap français, Furax Barbarossa, qui privilégie la qualité à la quantité, a sorti, le 16 Octobre dernier, un EP de 4 titres nommé Cha O Ha. Ce rappeur toulousain tire son blaze de son état émotionnel qui est celui d’être en colère et de sa ressemblance physique avec le pirate Barberousse, a été mentionné par SCH comme ayant eu une influence sur son écriture. On le retrouve même sur les interludes de JVLIVSmais sa carrière n’est pas en reste, car depuis 2004, il est l’auteur de 4 albums solo et est présent sur des maxi, des compilations, et sur un album commun avec Jeff Le Nerf. Furax avec sa signature vocale particulière, sa plume soignée et riche ainsi que sa technique minutieuse enrichi son univers avec son dernier titre clippé Crazy Horse présent issu de Cha O Ha.

Tout en restant dans un registre sombre, violent, pessimiste, Furax met à l’honneur Crazy Horse, également appelé Cha O Ha, l’un des chefs de guerre sioux les plus emblématiques ayant lutté contre les colons américains. Crazy Horse a remporté de belles batailles contre l’envahisseur blanc et a refusé de respecter le traité visant à contenir son peuple dans un territoire délimité. Il s’identifie à ce chef de guerre avec sa musique et défie la concurrence « En clair, ta musique est là mais t’as l’art terne / Donc met l’alarme, je suis à l’homme ce que la lame est à l’artère / Tu diras : « le poids des mots, le vrai style nous plia » /Frérot, commе la face d’un mort je restе inoubliable. » Sur une prod’ de Guilty, largement présent dans la discographie de SCH, et de Toxine, qui collabore depuis longtemps avec Furax, il pose ses rimes complexes et sublime la composition déjà incroyable de laquelle émane une force nous poussant à l’écoute attentive.

Le clip réalisé par Chill et produit par Jardins Noirs traduit exactement l’univers qu’il amène, on le voit alors en chef Sioux maquillé et vêtu selon leur tradition traquant l’ennemi. Il arrive à l’éliminer mais malheureusement comme Crazy Horse il finit par se faire tuer car on le voit avec des flèches enflammées dans le dos ou encore pendu à un arbre. Malgré cela, il continu à rapper et allume même une cigarette, est-ce que cela signifie que même mort comme Cha O Ha il survit à la postérité et s’érige finalement comme une figure respectée ?

Depuis le début d’année Furax Barbarossa revient plus énervé que jamais avec une mixtape reprenant ses freestyles donnés pendant le confinement puis un EP de quelques titres en rapport avec le chef de guerre Crazy Horse et avec le titre éponyme très impactant. La suite logique serait un album, alors est ce qu’il va répondre aux attentes de son public ?