lundi 16 novembre 2020

Guizmo – J’fais du rap

Devenir rédacteur chez Rapunchline

T'as l'âme d'un journaliste, t'es super motivé et tu t'y connais bien en musique urbaine ? Si tu penses avoir toutes ces qualités, contacte-nous par mail pour rejoindre notre équipe de bénévoles.

C’est une nouvelle gifle de Guizmo avec le morceau J’fais du rap qui permettra de mettre tout les puristes et les autres d’accord. Guizi Ouzou a.k.a Le Renard tease la sortie de son 9ème album (rien que ça !) le 23 Octobre nommé Lamine, rapport à son prénom de naissance, avec un titre qui remet les pendules à l’heure concernant la culture à laquelle il appartient et la manière dont il la porte.

On comprend tout de suite le message lorsque le début du clip reprend le générique de l’émission H.I.P.H.O.P avec Sydney, show diffusé sur TF1 dans les années 90 et qui est la première émission traitant de la culture hip-hop (rap et break dance). Elle a permis à de nombreux jeunes de s’identifier car pour la première fois l’animateur était noir mais également de créer des vocations dans ces deux disciplines. Guizmo se revendique de cet héritage même si il n’était pas né lors de la diffusion. 

2VLB le met en image dans un format qui rappelle les premiers clips de rap américain tournés dans le métro avec des sous titres anglais comme clin d’œil à l’origine de cet art. Il y a des images et vidéos d’archives de groupes ou personnages marquants pour cette culture comme IAMNTM, le Secteur Ä, le collectif Time Bombla Rumeur, Busta Flex, Fabe, Rohff et la Mafia K’1 Fry ou encore tirées du documentaire d’Arte French Game retraçant l’histoire du hip-hop en France. Le rap s’inscrit dans une culture hip-hop qui est composée de l’art du graff, du break dance et du DJing, tout cela est imbriqué dans un contexte particulier, celui de la pauvreté, des difficultés sociales, du commerce illicite qui mènent à des frictions avec la police. Cette histoire, il nous la raconte au travers de la sienne « D’où je vis, c’est crade, on a fait des crasses, on a mis des coups de crosse et tout niqué sur la place »/ « Ça, c’est nos vies, gros, c’est pas celles des autres, ma daronne m’a enrichi quand à l’époque, on était pauvres. » Pour se faire il utilise un flow et une instru qui rappelle ce qu’on écoutait avant comme pour montrer qu’il est autant capable de rapper comme à l’ancienne que de ramener des dernières pépites futuristes, il met tout le monde d’accord, aussi bien le public de puristes mais également le reste car cela reste dans la veine de ce qu’on aime de Guizmo. Il termine le clip sur un très beau clin d’œil à ceux qui ont fait avancer cette culture, à qui on doit beaucoup si on en est là aujourd’hui mais qui eux ne le sont plus, comme DJ MehdiLionel D, East ou encore Freddy K d’ATK.

Guizmo rappelle qu’il n’est pas là depuis hier car il en est déjà à son 9ième album, en même temps il rend hommage à la culture à laquelle il appartient en rappelant que s’il en est là c’est grâce à ceux qui ont enfoncés les portes avant lui. Lamine va arriver avec une tracklist de 19 titres et une outro incroyable qui est Manifeste, un titre sans refrain de plus de 7 minutes, même si il a déjà balancé quelque titres on est impatient de streamer ceux qu’il a gardé sous le coude.