mardi 23 février 2021

Hatik – crashtest

Devenir rédacteur chez Rapunchline

T'as l'âme d'un journaliste, t'es super motivé et tu t'y connais bien en musique urbaine ? Si tu penses avoir toutes ces qualités, contacte-nous par mail pour rejoindre notre équipe de bénévoles.

Hatik prépare sans doute la sortie de son premier album solo. 2020 a été son année. Parti de rien avec les freestyles Chaise Pliante sur Daymolition, le rappeur est propulsé par la série « Validé » de Franck Gastambide. Un programme qui explose les records sur MyCanal avec près de 6 millions de visionnage en 5 jours et voilà qu’Hatik devient une star pour le commun des mortels. Avec Daymolition, Hatik avait déjà acquis à sa cause les insiders, et autres connaisseurs, voilà que tout le monde connaît Clément aka Apash.

A la fin de l’année dernière, le rappeur dévoile « sanstitre.« , un triptyque visuel et sonore très soigné dans lequel il expose son vécu en plusieurs points. Il n’est pas possible de classer le titre dans un style en particulier tant le rappeur affirme sa singularité. Il revient donc en ce début d’année 2021 avec « crashtest », un autre exercice de style dont il a le secret.

Le titre a été produit par une pointure du beatmaking. Il est signé Medeline. Le duo de Beatmaker a collaboré entre autres avec Youssoupha, Georgio et Keny Arkana. Ils ont placé aussi un titre pour Hatik dans la bande originale de la série « Validé » avec « Prison pour Mineurs« . C’est une collaboration qui marche parfaitement. Porté par un lent sample de piano, le titre est tout simplement Boom Bap.

Avec une belle mélodie, et un kickage à l’ancienne en règle, le rappeur raconte forcément ce qu’a été son crashtest. Il résume sa philosophie en une phrase « mes cicatrices valent mieux que tous mes cours de math de l’époque« . Oui à l’école de la rue on apprend de ces cicatrices. Un brin autobiographique, il fait le storytelling de ce qu’a été sa vie : « La fin s’rappelle, p’t-être, mais avant ça, y aura une putain d’randonnée« . Finalement il se fait un peu l’écho d’un certain Dosseh quand il dit dans « Solo » : « Y’a pas d’lumière, pas d’soleil plein sans un peu de nuit« .

Le clip en noir & blanc signé la Sucrerie comme sanstitre. est d’une profondeur rare !