mercredi 20 janvier 2021

joysad – PLDM #1

Devenir rédacteur chez Rapunchline

T'as l'âme d'un journaliste, t'es super motivé et tu t'y connais bien en musique urbaine ? Si tu penses avoir toutes ces qualités, contacte-nous par mail pour rejoindre notre équipe de bénévoles.

joysad est originaire de Périgueux. Comme quelques rappeurs, il commence sa carrière sur le média « 1Minute2Rap« . Ce compte Instagram a été à l’origine de l’éclosion de beaucoup d’artistes comme Simony par exemple. Après quelques concours victorieux sur le média, joysad finit par intéresser les maisons de disque, et les majors. Sa technique, son franc parler, son verbe est à leurs yeux un diamant brut qu’il faut exploiter.

Depuis sa signature, le rappeur n’en demeure pas moins modeste. Il déclare à Kombini il y a quelques mois :  « Je suis Nathan Fernandez, aka joysad. Sans majuscule, il faut rester modeste. ». Son premier EP « Fernandez » est une carte de visite utile pour les auditeurs qui ne l’ont pas suivi au cours des ces « Minutes2Rap« . Il vient de dévoiler « PLDM #1 » le premier épisode d’une série de freestyle !

Le titre « PLDM » est un véritable exercice de style. Tout au long du morceau, il traite de son addiction au cannabis. Et la génération d’aujourd’hui n’a rien à voir avec celle d’hier. Le rappeur est complètement inconscient. Et si Kery James s’insurge contre l’or vert à la fin des années 90′ dans le titre « Nuage de Fumée« , le périgourdin en fait l’apologie dans « PLDM ». Ses versets illustrent l’esprit d’une génération Z qui n’a peur de rien.

Dans la forme, comme un certain Kendrick Lamar dans « Darkside / Gone » sur l’album Compton, joysad fait volontairement un titre en deux parties. Suivant la même thématique, il rappe « classique » sur le premier volet, puis explose en Trap sur le second volet. Plus qu’un titre, joysad prouve avec « PLDM » qu’il est aussi polyvalent que cette génération qui domine le rap.