mardi 6 avril 2021

Koriass feat Sarahmée & Souldia – Épitaphe

Devenir rédacteur chez Rapunchline

T'as l'âme d'un journaliste, t'es super motivé et tu t'y connais bien en musique urbaine ? Si tu penses avoir toutes ces qualités, contacte-nous par mail pour rejoindre notre équipe de bénévoles.

Après avoir été les trois juges d’une compétition de rap, appelée La fin des faibles (End of The Weak), Koriass, Sarahmée et Souldia sont de retour non pas comme juges mais comme rappeurs. Ils ont uni leurs forces pour composer un son engagé et enragé. Le trio a profité de l’occasion pour rappeler à l’industrie que même s’ils ont permis de découvrir de  nombreux talents lors du concours, ils sont toujours au sommet de l’industrie. Ce son apparaît comme une célébration de leur carrière respective. Cette réunion est une occasion de regarder derrière eux pour admirer le travail accompli et le chemin parcouru. 

Koriass est originaire de la banlieue nord de Montréal. Il est le porte-voix de tous ceux qui se sentent victimes d’un système qui ne donne pas les mêmes opportunités à tous. Dans ces chansons, il décrit la vie des jeunes issus de foyers défavorisés et les difficultés auxquelles ils font face. Il critique également le regard posé sur les gens provenant de son milieu “Pour toi, c’est du monde dont t’as honte quand tu les vois d’loin, Pour moi, c’est mon grand-père, mon oncle et mon voisin”. (Montréal Nord)

Sarahmée est une rappeuse Canadienne d’origine Sénégalaise. Dans Épitaphe, elle se déclare, avec raison, “la meilleure rappeuse queb’”. Elle utilise sa notoriété pour faire valoir les causes qui lui tiennent à cœur. Elle se bat notamment contre le racisme et fait tout en son pouvoir pour promouvoir les artistes Africains et le développement de leur continent.

Depuis plusieurs années, Souldia est une tête d’affiche dans le milieu du gangster rap québécois. Né dans un foyer dysfonctionnel du quartier de Limoilou à Québec, il commet très jeune ses premiers délits. C’est d’ailleurs derrière les barreaux qu’il compose ses premiers textes. Son passé lui donne énormément de crédibilité dans le milieu. Dans Épitaphe, il dit même que “[s]on casier judiciaire, c’est [s]on portfolio”. Depuis sa sortie de prison en 2011, ce rappeur a déjà sorti 12 albums.

Ces trois artistes ont, déjà, grandement contribué à la croissance de l’industrie du hip-hop au Québec et ils continuent de repousser les limites de leur art en amenant le rap au grand public.