lundi 1 juin 2020

Luidji – Palace Mafia

Devenir rédacteur chez Rapunchline

T'as l'âme d'un journaliste, t'es super motivé et tu t'y connais bien en musique urbaine ? Si tu penses avoir toutes ces qualités, contacte-nous par mail pour rejoindre notre équipe de bénévoles.

Ce rappeur a vraiment une place à part dans le Rap. L’année dernière, le rappeur a dévoilé son premier projet « Tristesse Business : Saison 1« . Au programme de ce projet un peu particulier, quelques rimes bien placées avec un flow calme et posé sur une des instrumentales somptueuses qui empruntent autant au Boom Bap qu’aux sonorités modernes. Longtemps déchiré par quelques histoires d’amour, le rappeur cherche souvent « le remède » à sa douleur, une douleur amoureuse. 

Il vient de faire son grand retour sur le titre « Palace Mafia« . Le titre, comme quelques titres contemporains, est un 2 en 1. Kendrick Lamar et Dr Dre avait initié la technique sur le titre « DarkSide / Gone »  sur la tracklist de « Compton« . Luidji lui aussi dévoile un morceau en deux temps dont l’entracte est assuré par le fantôme d’un chanteur célèbre qui a crié sur « Le Port D’Amsterdam« .

Dans un premier temps, Luidji entame sa renaissance un peu comme sur le titre du même nom de Lone Catalyst. Avec un peu d’égotrip, et beaucoup de poésie, il explique pourquoi il « ne pourrait même plus être ami avec celui qu’il était avant« . Avec une composition instrumentale boom bap complètement jazzy signée Ryan Koffi, il confirme ses influences pour un certain Rap New-Yorkais. Le rappeur est un esthète.

Puis il rend un hommage à l’amitié lui qui a tellement fêté l’amour.