Orelsan : Un rappeur atypique

Orelsan reste incontestablement le plus délirant des rappeurs français. Ses visuels sont dignes de sa réputation d’iconoclaste du Rap français. Avant que le rappeur originaire de Caen vienne mettre un terme au mythe du rappeur surpuissant avec ses “Looser Trip” (des phases dans lesquels le rappeur joue au looser), les rappeurs rivalisaient d’imagination pour tester leur taux de testostérone, ou se pliait en 4 pour “des histoires de trônes”. (Orgasmic“Planetarium”).

Orelsan : Couronné par le Game

L’album “La Fête est finie” est un aboutissement dans l’œuvre du rappeur. Depuis ses débuts avec “Perdu d’avance”, en passant par “Le chant des Sirènes”, San s’est toujours distingué pour son “storytelling”. Dans chacun de ses albums, le chanteur se fait le porte voix de sa génération. C’est cette génération qui a grandi avec les histoires d‘Orelsan. Le rappeur raconte ses histoires à 20 ans, à 27 ans et maintenant vers 34 ans alors que “La Fête est finie”. Fin de Parcours ? Fin de la jeunesse en tout cas.

Alors pour son album “La Fête est finie” certifié diamant, et récompensé aux Victoires de La Musique, Orelsan montre un tout autre visage tout aussi intimiste. Il s’amuse à rendre hommage à la femme de sa vie sous les traits de Golshifteh Farahani dans “Paradis”, détruit les bases de la Trap Music dans “Basique” et rend son testament dans “Notes Pour Plus tard” aux côtés du groupe féministe Ibeyi (véritable pieds de nez à ceux qui l’ont traité de macho pervers narcissique)

Orelsan squatte à Bollywood

L’album “La fête est finie” a eu droit à une réédition intitulée “L’épilogue” avec quelques titres inédits. Parmi eux on retrouve le titre “Dis Moi”. Les auditeurs les plus attentifs avaient remarqué que la production instrumentale réalisée par Phazz et Skread avait un accent “indien” comme le titre “Jai Ho” des Pussycat Dolls.

Le clip est à la hauteur des attentes puisque Orelsan reprend à son compte toute l’imagerie de Bollywood. Avec Hollywood, et les studios de Côte d’Ivoire, l’industrie cinématographique indienne (Bollywood’) est l’une des plus performantes au monde. Voilà l’histoire d’Orelsan vu par Bollywood sous l’oeil avisé de… Orelsan lui même qui a enfilé la casquette de réalisateur sur ce clip.