dimanche 28 février 2021

R.E.D.K – SQOSLF 3 (« Je suis Marseille » Remix)

Devenir rédacteur chez Rapunchline

T'as l'âme d'un journaliste, t'es super motivé et tu t'y connais bien en musique urbaine ? Si tu penses avoir toutes ces qualités, contacte-nous par mail pour rejoindre notre équipe de bénévoles.

R.E.D.K est comme une légende qui veille comme Notre Dame sur ses enfants. Après 15 ans de carrière, le rappeur lucide s’exprimait en ces termes à Booska-P en 2014 : « J’ai un travail, je ne suis pas suffisamment fou pour le laisser de côté, il me faut obligatoirement un salaire qui rentre. Dans mon créneau, il faut etre fou pour imaginer que je vais faire les ventes de Gims ou Stromae ! ». Oui car plus qu’un rappeur R.E.D.K c’est l’âme de Marseille, c’est le rappeur qui a « toujours gardé sa capuche, et refusé de baisser son capsis« , c’est le plus grand héritier de l’âge d’or du rap marseillais, des « Bad Boys de Marseille« .

Juste pour le plaisir, il décide de reprendre le titre « Je suis Marseille » qui clôt l’album « 13’Organisé » de Jul. Pour être plus exact, on devrait dire qu’il réalise un remix du morceau « Marseille La Nuit ». Puis « Je suis Marseille » est une reprise du titre « Marseille La Nuit« . Ce titre était inséré dans la bande originale du film « Taxi » premier du nom. Il a ensuite été inclus dans la réédition de l’album « L’école du Micro d’Argent« . Le sample de ce morceau est tout bonnement magique !

R.E.D.K qui l’avoue lui même dans le morceau « ça fait du bien de chanter à l’ancienne« , kick comme jamais en revenant sur 30 ans de culture marseillaise. Il rend un petit hommage à Basile Boli, le massif défenseur de l’Olympique de Marseille qui a donné la Champion’s League à l’OM en 93. Il ne se gêne pas pour chambrer le PSG avec « l’étoile sur le maillot que rêverait d’avoir les qataris« . Il parle de Didier Raoult, épidémiologiste aux faux airs de Gandalf dans une France qui tombe depuis longtemps.

R.E.D.K est rebelle comme la capitale du SUD. Et il prouve qu’au milieu des planches à billets, des soirées où l’on va « louis vuitoné et Guccisé », l’esprit Hip Hop subsiste. Et quand les sombres financiers quitteront le navire du Hip Hop pour aller faire des investissements plus rentables, il ne restera plus que l’âme du hip hop.