mercredi 22 septembre 2021

Youssoupha feat Lefa & Dinos – Kash

Youssoupha, qui n’a pas manqué d’innover au niveau visuel pour son 6ième album studio, Neptune Terminus, envoie le jour même le clip de son featuring avec Dinos et LefaKash. Il a misé juste parce que c’est le premier titre à entrer dans de nombreuses playlists, et cela sûrement dû à son casting de rêve. Il y avait déjà eu des précédents entre les rappeurs car Dinos l’avait déjà invité sur Bloody Mary, extrait de son premier album Imany. C’est également un joli pied de nez à l’ancien patron de Dej Jam France que Dinos cite dans son freestyle Booska Stamina qui ne croyait pas à sa réussite car il le comparait à Youssoupha en moins fort.

Dans ce tour de passe passe entre les trois rappeurs, on voit bien qu’ils ont chacun leur plume, leur univers, leur flow et leurs différences donnent un ensemble assez harmonieux. Ils ont établi un thème qui est celui de l’argent et chacun avec son couplet va développer en fonction de son interprétation, son vécu. Youssoupha développe le fait que malgré son transfuge de classe et son nouveau statut de riche il se sent au fond toujours le même « Négro, passer de RSA à ISF / Fuck les agents, j’ai pas d’gun sur la jambe, je suis pas riche, moi j’suis pauvre avec de l’argent, eh ».

Cette idée on la retrouve dans le clip, on voit bien qu’ils sont dans une soirée improvisée dans un lieu qui n’est pas prévu à cet effet. Ils ne se trouvent pas dans une soirée mondaine en bas de la tour Eiffel, cela nous fait penser aux soirées des cités, et pourtant on voit bien l’évolution de Youss, il est posé et il fume le cigare ce qui est connoté classe sociale aisée. C’est un nouveau riche avec une mentalité de pauvre. Dans la conception de Lefa l’argent c’est plutôt quelque chose qui fait perdre ses sentiments, « J’avais un cœur, j’me l’suis fait cambrioler / Tu vois la vie en rose, j’la vois en vert et violet. » Pour lui les deux sont antithétiques, on ne peut pas avoir de l’argent et connaître l’amour de manière pure et sincère, on est obligé de dissocier. Quant à Dinos ce que lui inspire le thème de l’argent c’est celui d’attiser la jalousie et d’avoir des ennemis qui voudraient avoir ce que lui désormais a « J’ai fait confiance aux traîtres parce que j’étais fou / Aujourd’hui j’ai plus d’ennemis que d’amis, parce que j’ai des sous ». Cette différence de traitement du thème permet de voir leurs différences, de même que le flow utilisé et pourtant l’ensemble est harmonieux et s’écoute encore et encore. On peut également noter le choix du casting qui met en avant la femme noire sans l’instrumentaliser et qui fait fi du colorisme, c’est une critique qui est souvent faite aux rappeurs qui mettent souvent en valeur des femmes au teint clair et cela accentue le fait que ce serait la seule représentation de la beauté. On ne doute pas que ce soit quelque chose de pensé par le Prim’s parolier bien au fait de ces questions là et du concept de négritude « J’suis pas métisse, j’suis noir deux fois : je suis renoir ».

Youssoupha, qui cherche sans arrêt à se dépasser et à être le meilleur et c’est ce qui fait qu’il reste encore dans le game après tant d’années de carrière, relève le défi avec ce nouvel album. Il se frotte aux rappeurs de la nouvelle génération via des collaborations comme celle-ci ou encore avec Jok’air, Josman ou Gael Faye. Cela lui permet de montrer qu’il est encore au niveau, nous on en doutait pas une seconde, mais bon pour les autres, ils pourront être définitivement convaincu après l’écoute de l’album.