dimanche 21 février 2021

Akhenaton soutient les groupes de supporters de l’OM ! (Vidéo)

Devenir rédacteur chez Rapunchline

T'as l'âme d'un journaliste, t'es super motivé et tu t'y connais bien en musique urbaine ? Si tu penses avoir toutes ces qualités, contacte-nous par mail pour rejoindre notre équipe de bénévoles.

Les supporters marseillais sont à bout. Avec les règles sanitaires déjà, ils étaient interdits de stade. Mais leur équipe multiplie les mauvais résultats. Après 26 journées, l’Olympique de Marseille pointe à la sixième place du championnat avec un taux de victoire de seulement 40%. Devant les résultats décourageants de l’équipe, les Utras marseillais ont envahi La Commanderie (centre d’entrainement) samedi 30 janvier obligeant le club à reporter un match qui devait se jouer dans la journée. Le président du club a alors affirmé au micro de Canal + : « C’est la sidération pour nous tous, salariés, staff, joueurs. On ne s’attendait pas à voir toute cette horde sauvage arriver et tout détruire. Je crois qu’on a aussi évité le pire. Ce que j’ai vu fait peur, très peur. Un drame aurait pu se produire ».

Plus qu’un groupe de Rap, les marseillais d’IAM appartiennent à l’histoire du rap français. Ils commencent leur carrière dans les années 90′ en tant que précurseur avec d’autres collectif comme la Mafia K’1 Fry ou encore le Secteur Ä, et NTM. En 1996, leur album le plus abouti, « L’école du micro d’argent » les envoie sur « Mars » dans une autre galaxie. Ils y réalisent un featuring avec le Wu-Tang Clan sur le titre « La Saga« , ils récidivent quelques années plus tard avec le titre « Noble Art » extrait de « Revoir un printemps » avec Method Man et Redman.

Tout au long de leur carrière, les rappeurs ont multiplié les références à l’OM. C’est difficile à comprendre pour un parisien. Mais à l’instar de certains clubs anglais comme Liverpool et surtout des clubs en Espagne et en Italie, le club phocéen appartient à l’esprit marseillais. Depuis la victoire en « Coupe d’Europe des clubs champions« (Champions League) en 1993 grâce à une tête victorieuse de Basile Boli, les marseillais portent fièrement la seule étoile du football français. Dans le titre « On lâche rien« , le groupe IAM lâchait quelques rimes au mistral pour honorer son équipe : « Ici la pression c’est de l’air / Le stade c’est de l’or / Le but c’est de l’art / Et comptez plus, on sait que c’est du lourd ! »

Alors que certains supporters marseillais ont reçu une mise en demeure pour les évènements du samedi 30 janvier, Akhenaton a longuement réagit à l’incident sur Twitter. L’homme rappeur qui faisait déjà un plaidoyer contre la violence dans le titre « L’Enfer » extrait de « L’école du micro d’argent«  apporte cependant son soutien aux groupes de supporters. Il tente d’expliquer tant bien que mal que les dirigeants ne comprennent pas la philosophie du club.Il est accompagné de l’ensemble du groupe IAM.