Après Booba, Jean Hossam Messiah s’en prend à Médine ! (Vidéo)

Devenir rédacteur chez Rapunchline

T'as l'âme d'un journaliste, t'es super motivé et tu t'y connais bien en musique urbaine ? Si tu penses avoir toutes ces qualités, contacte-nous par mail pour rejoindre notre équipe de bénévoles.

C’est une semaine historique pour le Rap français. Le DUC tire sa révérence. Après son album « Temps Mort » sorti en 2002, il livre son ultime opus « Ultra » dans un déchaînement de featurings faits maisons. Les résultats sont impressionnant pour le moment. Booba a colonisé le Top Spotify France, et s’est même incrusté au Top Deezer Monde. Mais Booba qui est connu pour avoir clashé pas mal de rappeurs quelques fois dans des circonstances particulières comme à Orly… laisse la place du « plus grand clasheur du rap français« . Et apparemment Jean Messiah est bien parti pour prendre sa place.Hossam Messiah de son vrai patronyme est un lyriciste bien connu dans l’milieu originaire du Caire. Après une courte période au Rassemblement National de Marine le Pen, il tire sa révérence et devient « polémiste » sur CNews, une chaîne réputée pour son humanisme et sa tolérance envers toutes les communautés (hahaha…).

Le Jean Messiah cultive une haine viscérale contre le Rap en général et ce qu’ils appellent « les racailles » particulier. L’expression de « racailles » a été popularisée dans les médias français par un certain Nicolas Sarkozy condamné depuis peu à de la prison (il a fait appel). Ce grand orateur nous a gratifié de quelques-unes des plus belles punchlines de la politique comme « on va vous débarrasser de ces racailles » et « casse toi pauvre con« . Il a fait entrer la politique française dans une nouvelle galaxie (pas des plus tolérantes) et a ramené le discours politique dans les brèves de comptoir. On pensait que Eric Zemmour était déjà allé très loin avec « le Rap est une sous culture d’analphabètes » mais Jean Messiah son collègue a déclaré il y a quelques temps : « Le Rap c’est des aboiements« . Un discours structuré et très argumenté….

Cyril Hanouna a invité Messiah au TPMP de Booba. Les plus âgés d’entre nous (qui écoutent du rap) connaissent l’histoire du débat entre Jean-Marie Le Pen et Bernard Tapie. Le journaliste leur avait ramené des gants de boxe. Paul Amar a été remercié suite à l’émission. Mais heureusement que Hanouna n’a pas ramené de gants de boxe au DUC qui a demandé à Messiah de quitter le plateau.

La vengeance froide et cruelle de Messiah est arrivée sur TPMP. Il a déclaré non sans mal : “Vous vous imaginez l’évolution depuis 1990 jusqu’à aujourd’hui. Avec des rappeurs comme Médine, etc. qui sont applaudis. Toute la racaille anti-française qui est applaudie par la France insoumise.”. Bon on a oublié de lui dire que la musique urbaine était le genre le plus écoute en France. Puis taper sur Médine pour un profane, c’est comme dire que Mike Tyson est une brute épaisse quand on ne connaît pas la boxe, c’est un classique.

Oui comme il le dit lui-même, « une polémique par mois mais je reste jovial« . Le rappeur Médine est plus que polémique. Lorsqu’il décide de se produire au Bataclan, lui a qui a consacré un titre à la salle de spectacle, il est accueilli par des amalgames douteux. On lui reproche surtout son morceau « Don’t Laïk » et quelques versets éparpillés dans son œuvre. En réalité, la force d’une démocratie est aussi d’entendre sa propre critique. Bonne et mauvaise pensée deviennent totalitaires si elles sont uniques.

Le rappeur ne s’est pas éternisé sur le problème. Il a répondu à Jean Messiah en musique avec quelques versets de Booba avec lequel il a réalisé un featuring sur « KYLL »

Exit mobile version
Click it!