Le Vie de Rêve – Ce nouvel album sorti vendredi dernier arrive à un moment particulier et charnière de la carrière et de la vie des jeunes toulousains. Désormais jeunes adultes ils racontent les derniers actes de leur quotidien d’adulescents, transformé en profondeur par l’impact de leur succès. Le tout avec une sincérité intransigeante, érigée en valeur non-négociable. Une simplicité ou un simplisme qui leur coûtera peut être certains rêves.

Un côté provincial – En effet, le duo déclarait cette semaine au journal Le Parisien que certains artistes ne collaborait pas avec eux en raison de leur image et de leur positionnement. « On a aussi un côté “provincial” qui dérange. A Paris, le petit milieu de la musique – j’inclus dedans les journalistes “intellos” – ne réalise toujours pas notre succès et ce que l’on représente pour le reste de la France. » « Je ne vais pas mentir, ça nous contrarie un peu. Parce qu’on pourrait composer des morceaux intéressants avec des rappeurs de notre génération. Roméo Elvis et Lomepal, on les adore. Mais, malheureusement, ils ne se réclament pas de notre “team”… »

Des propos qu’il ne faut pas interpréter comme un clash entre les artistes puisque Bigflo avait encore hier dans “Insolent #3” un phrase gentille à l’endroit de Lomepal. Mais une réalité des collaborations dans le rap qui répondent parfois voire souvent à des logiques extra-musicales.