dimanche 12 juillet 2020

Hossam Messiha, homme politique du Rassemblement National, veut interdire Booba de concert ! (Photo)

Devenir rédacteur chez Rapunchline

T'as l'âme d'un journaliste, t'es super motivé et tu t'y connais bien en musique urbaine ? Si tu penses avoir toutes ces qualités, contacte-nous par mail pour rejoindre notre équipe de bénévoles.

Pour le commun des mortels que nous sommes, Jean Messiha est une petite poussière dans la galaxie des stars de demain. Le Twittos ouvertement rassemblement national cumulent difficilement 100 000 abonnés sur Twitter. Et pourtant il n’y a va pas de main morte.

Il a pignon sur rue chez Cnews bien sûr, une chaîne qui a la chance aussi d’accueillir Eric Zemmour et un certain Pascal Praud (pas inféodé aux nationalistes mais qui n’a pas la langue dans sa poche). Et surtout il tente de se faire remarquer par tous les moyens avec des polémiques un peu inutiles. Oui la France aime la polémique, « à chaque coin de rue il y en a 100 » (Renaud). Je rappelle que lorsque le Coronavirus était sur le point d’immobiliser l’économie de notre bonne vieille France pendant deux mois, les commentateurs en questions continuaient de débattre du bien fondé du foulard dans les sorties scolaires…. Vaste débat que ce foulard, ces prières de rues, et ces cantines hallal. 

A la veille des élections municipales où il appelle à voter RN (non tu crois ?), le polémiste, pamphlétaire, idéologue et par dessus tout, homme politique, a décidé de s’en prendre à Booba. Sur le papier, il ne fait malheureusement pas le poids. Le leader du 92i plus de 20 ans de carrière derrière lui, et il représente un média à lui tout seul avec ses réseaux sociaux. Malheureusement, depuis de tristes années, la France a une indignation sélective. Donc Jean Messiha appuie sur le bouton rouge en allant chercher des lyrics de B2O complètement sortis du contexte du type :

« J’aime voir des CRS morts »

« Quand je vois la France jambes écartées, j’encule sans huile »

« La France un pays libre ? Tu vas bouffer du calibre »

Il faut prendre la menace du … « Messi » au sérieux dans la mesure où c’est grâce à des procédés similaires que Aketo, Tunisiano et Blacko se sont retrouvés face à la justice. Par les temps qui courent lorsque le populisme côtoie le sensationnalisme dans des médias devenus cafés du commerce, cette affaire risque d’être instrumentalisée. De nombreux rappeurs ont eu des démêlés avec la Justice.

Ces deux poids deux mesures dont parlaient NTM dans « On est encore là« , est-ce ici la fatalité du Hip Hop ? Youssoupha, la Rumeur, Monsieur R, tous ont été jugés sur leur lyrics. Booba est malgré tout l’un des pionniers du rap en France. En jugeant les propos de Booba, on juge aussi un mouvement artistique le Hip Hop (le plus suivi au monde) , et surtout on juge « une France« . Oui la France des quartiers, celle qu’on aime voir à la télévision mais seulement dans les pages arides des faits divers et pas ailleurs, celle qui a donné naissance à des artistes damnées comme Aya acclamée partout sauf en France, cette France que l’on ne comprend pas.