[Interview] On a posé nos questions à nelick pour la sortie de son nouvel EP « Tatoo » !

par Eloïse Raimbault

Pour la sor­tie de son nou­vel EP « Tatoo »nelick nous a accor­dé un entre­tien pour dis­cu­ter de son uni­vers, de ses ins­pi­ra­tions et de la signi­fi­ca­tion toute par­ti­cu­lière qu’a ce pro­jet pour lui.

Rapun­chline : Salut nelick, mer­ci d’avoir accep­té notre inter­view. Ce ven­dre­di, tu as sor­ti ton nou­vel EP  “Tatoo ». Com­ment pré­sen­te­rais-tu ce pro­jet à une per­sonne qui ne l’a pas écouté ?

nelick : “Tatoo”, c’est un truc un peu oni­rique, un mélange entre le rap, la pop et un peu de jazz. C’est un mélange de tout en fait. Si j’ai un truc à dire, c’est qu’elles n’auront jamais enten­du ça ailleurs. C’est un peu une intros­pec­tion sur ma vie et du coup, je trouve que ça parle à plein de jeunes qui sont un peu comme moi, qui ont des pro­blèmes de cœur et qui ont gran­di à la fin des années 90.

Rapun­chline : Dans ton EP on retrouve des thèmes assez récur­rents, mais aus­si des sono­ri­tés très douces et clou­dy. D’où tires-tu toutes ces inspirations ?

nelick : La musique que j’écoute est sou­vent très calme, j’écoute rare­ment des trucs veners. […] C’est pour ça que je fais plus trop de sons éner­vés. Avec le temps, je pense qu’on devient plus sage et plus posé. Main­te­nant, j’é­coute de la musique pour m’apaiser.

Rapun­chline : Ça fait plus d’un an que ton der­nier pro­jet est sor­ti et tu as été très peu actif depuis, est-ce que c’est cette période un peu loin de tout qui t’as per­mis de te poser et d’écrire « Tatoo » ?

nelick : J’ai eu beau­coup de remises en ques­tion après « Piu Piu ». Durant toutes ces phases, j’ai peut-être écrit deux pro­jets en un an, juste le temps de bien me cali­brer et de trou­ver Kofi, le pro­duc­teur. Main­te­nant, je sais pour­quoi je fais de la musique, alors que je ne le savais tou­jours pas depuis le début, et aujourd’hui j’ai retrou­vé ce truc-là.

Rapun­chline : C’est un peu comme si ce pro­jet était une sorte de renaissance ?

nelick : C’est ça. En fait, si je pou­vais sup­pri­mer tous les sons que j’avais fait avant, je le ferais. Je repar­ti­rais avec ce pro­jet comme si j’étais un nou­vel artiste, alors que j’ai juste chan­gé N de nelick. Pour moi, c’est comme si c’était un nou­veau truc. Main­te­nant, les sons que je sors, je les trouve tous incroyables, alors qu’à l’époque, ce n’était pas le cas.

Rapun­chline : Il n’y a qu’une col­la­bo­ra­tion dans ce pro­jet. Il s’agit du mor­ceau « Dori­tos & Gua­ca­mole » avec ton pote Le Sid. Est-ce que tu aurais pour ambi­tion dans le futur de col­la­bo­rer avec un artiste qui a un uni­vers tota­le­ment dif­fé­rent du tien ?

nelick : Je n’ai pas tou­jours col­la­bo­ré avec des gens, mais j’ai tou­jours vou­lu col­la­bo­rer avec plein de gens. Après le fait que je ne fasse pas de feats, c’est aus­si que vu que je repars à zéro, je ne me vois pas encore mettre des gens dans mon uni­vers. Je suis trop chaud pour m’ou­vrir, mais je n’ai pas d’exemple d’artiste. Il y en a tel­le­ment avec qui je vou­drais faire des choses, mais ça vien­dra au bon moment.

Rapun­chline : Dans le son épo­nyme « Tatoo », tu dis « Girl je t‘ai dans la peau comme un vieux Tatoo » est-ce que cette phrase peut en quelque sorte expli­quer le titre de ton EP ?

nelick : « Tatoo » c’est que le pre­mier son que j’ai écrit et c’est de là que tout a décou­lé. Le nom « Tatoo » c’est plus dans le délire qu’un tat­too ça peut juste être un tatouage Mala­bar. Nor­ma­le­ment, c’est un petit truc flash. À la fin, un tat­too ça peut aus­si être un truc qui reste toute ta vie. C’est exac­te­ment com­ment je vois le pro­jet : c’est un truc que j’ai fait spon­ta­né­ment, et qui va res­ter toute ma vie. La musique, c’est vrai­ment quelque chose que j’ai dans la peau. Je vou­lais aus­si un titre enfan­tin qui va vite à dire et en plus avec une faute d’orthographe dedans.

Rapun­chline : Est-ce que ce pro­jet est un avant-goût d’un second album ?

nelick : Ouais tota­le­ment. Avant, je fai­sais que chan­ger de délire, c’était du chan­ge­ment et non pas de l’évolution. « Tatoo », c’est la pre­mière pierre et il y en aura une deuxième, une troi­sième, etc. Ce ne sera pas un autre châ­teau que je vais essayer de construire. Les pro­chains pro­jets vont être dans la conti­nui­té tout en étant dif­fé­rents. J’ai envie de faire un truc qui sonne moins enso­leillé et lumi­neux. Quelque chose de beau­coup plus noc­turne et froid.

Rapun­chline : Depuis Pala$$ et tes pre­mières mix­tapes Sound­cloud, tu as beau­coup évo­lué. Qu’est-ce que tu ima­gines pour le futur ? As-tu des pro­jets autres que musicaux ?

Ouais, j’ai des pro­jets autres que musi­caux, après je ne peux pas trop en par­ler pour l’instant. Mais, c’est sûr qu’il y a un autre pro­jet qui sort avant la fin de l’année, en tout cas je vais tout faire pour.

« Tatoo », le nou­vel EP de nelick est désor­mais dis­po­nible sur toutes les pla­te­formes de streaming.

À la une