mardi 11 août 2020

Koba LaD balance un freestyle inédit intitulé « Quartier » ! (Vidéo)

Devenir rédacteur chez Rapunchline

T'as l'âme d'un journaliste, t'es super motivé et tu t'y connais bien en musique urbaine ? Si tu penses avoir toutes ces qualités, contacte-nous par mail pour rejoindre notre équipe de bénévoles.

LaD c’est souvent une affaire de génération. Le leader incontestable du 7Binks qui a ramené la lumière sur ce bâtiment délabré de la ville d’Evry devenu le théâtre d’un formidable foisonnement artistique est aussi un être à part.

Lorsqu’il dévoile « VII » son premier album solo, le public découvre son style décousu et son flow fuyant. Il transperce la Trap sans forcer comme une lame aiguisée. Et s’il provoque la méfiance et le ressenti de la vieille garde qui y voit encore un délabrement de la poésie lyricale des pères fondateurs, reste que le rappeur représente mieux que personne une génération Z de quartier oubliée des Etats et des gouvernements.

On le regarde comme on regardait les enfants du rock des années 70′. Malgré tout cette « bande de racailles » comme les appellent certaines personnes s’autoproclamant intellectuels, dirigent le rap français et donc par extension « La Chanson Française« . Il fête son disque d’or au pieds de son bâtiment « VII » entouré de ceux qui composeront plus tard ce 7Binks.

Son deuxième album « L’Affranchi » est le prolongement du premier. Une réédition avant l’heure mais le style de Koba fonctionne. N’oublions pas que ce qui a fait le succès de rappeurs comme ODB, Method Man ou GhostFace Killa dans un Wu-Tang blindé de talents, c’est l’originalité du flow. Et ce flow étouffé comme une corde aiguë de guitare en vibrato est un trait spécifique de LaD.

LaD dévoile un freestyle en studio, un grand classique du rap français post révolution numérique. « Chanceux celui qui deal des proses pour des chèques » (Animalement Votre), et le bicraveur préféré des jeunes générations posent ici un égotrip arrogant conforme à son état d’esprit. Peut être qu’après ses frasques et ses déclarations chocs, notamment en ce qui concerne Bob Marley, Koba fera de son insouciance et son impertinence une nouvelle arme pour un troisième album très attendu.

 

View this post on Instagram

 

🎥 @_benoitrieu 🎹 @cartierlemagicien

A post shared by 📀📀&💿💿 (@koba_lad) on