Depuis son départ en solo de La Sexion à son “Apogée”, Maître Gims a connu une carrière exceptionnelle. Trois albums certifiés disque de diamant qui l’emmèneront jusqu’au Stade de France dans le cadre de sa tournée Fuego Tour.

Avec “Subliminal”, “Mon Coeur avait raison”  et “Ceinture Noire”, le rappeur parisien a vendu plus de 5 millions d’albums. Gims c’est aussi une révolution culturelle. Si le Rap a toujours été méprisé par une partie du pays (contrairement à ce qui se passe aux USA) , certains la considérant même comme une “sous culture” (Eric Zemmour), Gims a fait accepter sa Pop Urbaine par tous comme Soprano. Il n’est pas rare de voir le rappeur sur les chaînes de télévision dites traditionnelles.

Pourtant rien ne prédestinait, le jeune congolais arrivé en France à 2 ans à un tel destin. Gandhi Djuna arrivé en France très jeune a vécu en toute modestie avec sa famille avant que la musique ne lui donne sa chance. Il a raconté son enfance dans l’émission “Salut Les Terriens” d’Ardisson lorsqu’il passait d’appartement en appartement avec toutes sa famille : “On partageait les appartements avec d’autres squatteurs qui arrivaient aussi de Kinshasa. Il y avait un rabatteur sur place qui nous disait où aller“. Ce vécu, cet “american dream” à la française, c’est peut-être ce qu’incarne le leader de la Sexion d’Assaut. 

Ce n’est donc pas un hasard si Netflix vient d’annoncer qu’il consacrera un documentaire à Gims (un documentaire éponyme). Ce projet vise à le connaître en toute intimité entre la France, Marrakech, la réalisation de son projet “Ceinture Noire” et sa tournée Fuego. C’est Chahawat, la boite qui produit les concerts Gims depuis son départ du Wati B, qui produit également le docu.

Pour l’instant aucune date n’est annoncée. Netflix qui diffusera également le premier film de Kery James “Banlieusards” s’intéresse apparemment aux quartiers.