Son dernier album “La Fête est finie” est l’un de ses plus aboutis aussi bien du point de vue qualitatif que du point de vue de son énorme succès commercial. Certifié triple disque de platine à une époque où le téléchargement illégal et le streaming font fureur, l’héritier du Klub des Looser n’a jamais été aussi écouté. Au cours de l’interview, le journaliste chargé de recueillir les propos du rappeur prétend par ailleurs qu’aujourd’hui Orelsan est plus écouté que Booba et Maître Gims. D’un point de vue qualitatif maintenant, Orelsan a été récompensé aux Victoires de La Musique. Il ne s’est pas contenté de la niche de l’artiste “urbain” de l’année, mais a carrément raflé la Victoire de la Musique de l’artiste masculin de l’année (toutes catégories confondues). Dans un pays où le Rap n’est pas toujours accepté par la classe médiatique, c’est un pas de géant que vient de faire le caennais.

“T’étais un jeune cool,maintenant t’es plus qu’un oncle bizarre” (La fête est finie)

L’album “La Fête est finie” raconte dans les détails le malaise d’un trentenaire un peu ado attardé qui tombe de plein pied dans l’âge de raison. Faut-il accepter de raccrocher ses gants, de laisser les soirées, et de devenir enfin quelqu’un de sérieux. Mais pas seulement dans des morceaux comme “Tout va bien”, Orelsan décortique la misère humaine et contemporaine avec justesse et également en employant tout le second degré qu’il faut. Il confie aux journalistes de “Sept à Huit”qu’il lui a aussi été touché par le Rap avant d’en devenir l’un des meilleurs vecteurs.

“Si le monsieur dort dehors, c’est qu’il aime le bruit des voitures” (“Tout va bien – Orelsan)

Pour commencer Orelsan est né en Province dans une famille moyenne. Toute sa jeunesse il l’a passé entre les centres commerciaux et ses potes. Et surtout il s’est nourri du Rap. Il prétend non sans mal que : “C’est quelque chose que j’avais envie de chanter, parce que c’est quelque chose que je connais bien”. Le rappeur n’est pas né d’hier.

 “C’est quelque chose que j’avais envie de chanter, parce que c’est quelque chose que je connais bien”

Orelsan avait un véritable “parachute” en cas de déconfiture dans la musique. Pour le jeune Orelsan. C’était soit le rap soit l’hôtellerie. Comme beaucoup de rappeurs, il a eu énormément de mal au départ à vivre de sa musique. Mais ce talent qu’il a  de décrire la vie de ses contemporains avec un humour très noir l’a propulsé sur le devant de la scène. Un jour on lui a dit : “Si votre rap est si populaire, c’est parce qu’il nous parle à tous”. Ca a changé sa vie. Il n’était plus tout seul.

“Si votre rap est si populaire, c’est parce qu’il nous parle à tous” (Orelsan)

Finalement, il finit en parlant de sa vie personnelle et de la relation qu’il entretient avec sa petite amie depuis 7 ans. C’est ce qui lui permet d’avoir une certaine stabilité. Il donne aussi un dernier conseil. C’est bien d’être riche et célèbre mais il faut “heureux avec soi même”. 

” Il faut être heureux avec soi même” (Orelsan)

@le_z_de_ze_z #METOO je me suis pris une droite dans un aéroport. J'ai pas fait de prison ... Mais #BalancetonRappeur Mec !