mercredi 5 août 2020

Booba – Dolce Vita

Devenir rédacteur chez Rapunchline

T'as l'âme d'un journaliste, t'es super motivé et tu t'y connais bien en musique urbaine ? Si tu penses avoir toutes ces qualités, contacte-nous par mail pour rejoindre notre équipe de bénévoles.

La cover du nouveau titre de Booba annonce la couleur d’office : Booba rend hommage à Georges Floyd. La mort de l’afro-américain sous le genoux déployé de ses agresseurs au képi bleu a enflammé la toile puis le monde. Le mouvement #BlackLivesMatter est aujourd’hui comparable à ce qu’a été mouvement #metoo.

Un hommage attendu car sous ses airs de gangsta rappeur inconscient le « D.U.C » se sent concerner par toutes les affaires de racisme. C’est vrai quand il ridiculise la « conjuration des imbéciles » qui s’est formé autour des femmes voilés, depuis qu’il est « d’humeur palestinienne » (« Destinée » – « Temps Mort« ), ou avec quelques unes de ses punchlines comme « 400 de fouets t’as toujours pas retenu la leçon » (« 4G » – « Nero Nemesis« ). Et le son si le titre s’appelle la « Dolce Vita » c’est seulement parce qu’il n’y a « que les connards qui vont penser que c’est du Rap Conscient« .

Le titre est composé d’un petit beat de reggaeton et de quelques samples un peu afro. Un titre indéfinissable sur lequel Booba pose ses lettres de feu : « le genou sur la ge-gor j’avais pas les mots / pourquoi tu hausses le ton tu oublies à qui tu parlais / un négro de plus est un négro de trop« .  Reprenant le titre d’une palme d’or de Frederico Fellini, Booba n’en perd pas son verbe tranchant après tout « l’humain est si généreux mais il est tellement mauvais« . Et ce « cortège de toutes les couleurs mais pas arc en ciel » ne l’empêchera pas de lancer « sa misogynie à Angèle« .

Un hommage en bonne et due et forme, et sans doute le retour annoncé du Duc pour un prochain album après son featuring avec Zed sur « Jauné » et son « Cavallero« .