lundi 13 juillet 2020

Dadju – Dis-moi

Devenir rédacteur chez Rapunchline

T'as l'âme d'un journaliste, t'es super motivé et tu t'y connais bien en musique urbaine ? Si tu penses avoir toutes ces qualités, contacte-nous par mail pour rejoindre notre équipe de bénévoles.

Le 25 Mai dernier a été l’un des tournants dans la lutte contre le racisme. Des heurts ont éclaté partout aux Etats-Unis après la mort de Georges Floyd, un afro-américian, tué par un policier.

Lundi soir, Georges Floyd est interpellé par quatre policiers dans sa voiture, il est menottés puis plaqué au sol. Un des policiers l’immobilise dans une position qui exerce une pression sur son cou pendant près de neuf longues minutes. L’homme âgé de 46 ans décédera suite à ce geste, laissant derrière lui une petite fille. L’une des ces dernières paroles « I can’t breathe» (« Je ne peux pas respirer ») deviendra quelques heures plus tard le slogan contre des violences policières. Les images de l’agonie de l’ancien membre du collectif Screwed Up Click, proche de DJ Screw feront le tour du monde, provoquant des manifestations dans de nombreux pays dans le monde et notamment en France où l’affaire d’Adama Traoré fait écho, jeune homme de 24 ans tué lui aussi lors d’un contrôle de police en 2016.

Dans l’hexagone, des rassemblements organisés à Paris, Marseille, Lyon, Lille, etc ont rassemblé des centaines des millers d’anonymes et beaucoup d’artistes. Dans la foule, on a pu apercevoir Kalash, Jok’air, Aya Nakamura, Josman, Black M, Freeze Corleone, Take A Mic et Vegedream ou encore Gradur, Sam’s, Kalash, Laylow, Leto et Cheu-B, qui ont manifesté leur soutien à la famille Traoré et dénoncé tous les contrôles au faciès et les violences volontaires du bras armé de l’Etat.

Dadju a lui décidé de soutenir le mouvement Black Lives Matter avec son art, la musique. Il vient, en effet de dévoiler par surprise « Dis-moi» dans lequel il délivre un message plein d’espoir …