jeudi 1 octobre 2020

Kaaris feat Bosh – Deux Deux

Devenir rédacteur chez Rapunchline

T'as l'âme d'un journaliste, t'es super motivé et tu t'y connais bien en musique urbaine ? Si tu penses avoir toutes ces qualités, contacte-nous par mail pour rejoindre notre équipe de bénévoles.

En l’espace de deux clips, Kaaris a rétabli l’ordre imposé depuis qu’il a découvert « l’Or  Noir » à Sevran. Le prologue de son nouveau projet « 2.7.0 » s’écrit en deux mots « Goulag » puis « NRV ». Et la douceur n’est plus au goût du jour. Les deux clips ressemblent plus à un déchaînement, à la furie d’un Kaaris trop longtemps empêtré dans des histoires de clash sans fin.

La belle tracklist de « 2.7.0 » avec Gims, Dadju et Imen ES notamment n’a pas pu empêcher la twittosphere de s’enflammer pour son featuring avec Bosh. Car quelque part, le rappeur signé chez Adm Production est peut être l’héritier spirituel de Kaaris. Multipliant les sons gangsta rap, écartelant presque toutes les prods drill & trap qui lui seront soumises, l’ironie du sort voudra qu’il passe du statut de vedette à celui de star avec le titre « Djomb ». Qui aurait cru que Bosh allait composer cette année le tube de l’été lui qui a représenté pendant longtemps le renouveau du gangsta rap en France. Kaaris dira de lui en interview que même le mot « sale est trop propre pour lui ».

Et a l’écoute du morceau, on comprend les commentaires sur la toile de type : « l’ingé son est-il toujours en vie ? ». C’est un véritable séïsme, un titre à la fois rythmé et sans concession, et peut être le passage de témoin entre deux générations de rappeurs. Il n’y aura pas de testaments trahis !