Ce 25 décembre 2019 est d’une importance capitale pour Kaaris d’un double point de vue. Tout d’abord, cela fait un mois jour pour jour que l’affaire de l’octogone a débuté. Le 24 décembre 2018, Booba a défié son homologue à venir se battre avec lui à mains nues et en public dans un octogone.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

@kaarisofficiel1 @rapunchline @kuntakinte836

Une publication partagée par Ze Z’ (@le_z_de_ze_z) le

De provocations en provocations, les deux hommes habitués des médias d’information générale ont réussi à devenir la nouvelle affaire “insolite” dans les médias. Mais le rappeur de Sevran a beaucoup à perdre, à l’image de son alter-égo dans cette affaire. Car justement il sort “Or Noir Part 3”.

Pourquoi donc ? Car le dernier album de Kaaris “Or Noir Part 3” revient aux origines de la Trap et donc de Kaaris. En début de carrière, en 2013, à une époque où la Trap Music faisait fureur aux USA (par le biais de groupe comme Migos ou Gucci Mane), un rappeur inconnu du grand public déjà remarqué avec “Zoo” prend le virage Trap Mus

Il lance la Trap avec Therapy Music. Cette association emblématique donnera lieu à deux album “Or Noir” et “Le Bruit de mon âme” tous deux couronnés de succès. Plus tard, après sa séparation d’avec Therapy, Kaaris revient avec un style plus ouvert et des titres plus remuants comme “Bling Bling” en featuring avec Sofiane et Kalash Criminel.

C’est justement avec le maître à penser d’Affranchis Music, Sofiane, et avec le grand Socrate alias Mac Tyer que Kaaris reprend le titre “Briganté”. La même formation d’attaque avait déjà effectué une collaboration sur l’album de Tyer. Avec “Briganté”, les trois plus grosses têtes du 93 sont réunis. Kaaris, le fondateur de la Trap en France, Sofiane le leader d’Affranchis Music, et également architecte du projet 93 Empire, et l’inébranlable Mac Tyer qui a commencé en Tandem et qui aujourd’hui continue sa carrière chez Def Jam.

Le titre est produit par Drama State, un beatmaker que l’on a déjà vu sur le “Deo Favente” de SCH, il reprend les classiques de “Or Noir” premier du nom. Entre egotrip outrancier, et rimes balancés avec énergie, on retrouve sur ce morceau toute l’énergie de l’Or Noir.