Kalash est connu en France Hexagonale depuis le titre Bando sorti en 2015 suivi de son album Kaos certifié or l’année d’après, mais il possède une longue carrière débutée aux Antilles en 2010 en tant qu’artiste reggae dancehall. Kalash navigue entre tout ces univers musicaux, il n’a pas de barrières et c’est ce qui lui permet de faire de la musique tantôt rap tantôt dancehall selon l’inspiration, la prod et le mood. Il s’avère que son ambiance en ces temps de confinement soit plus portée sur la dancehall car il nous sort le titre Ediiat, en featuring avec Gifta, une connexion 100% caribéenne.

Gifta on peut dire que c’est l’homologue de Kalash en Guyane, c’est un DJ, producteur et chanteur reggae-dancehall très connu de cette scène. Kalash qui fonctionne en coup de cœur artistique lorsqu’il choisit ses featurings doit avoir une très bonne connexion avec Gifta Da Boss car pas plus tard qu’en Février ils avaient déjà balancé Whole Heap a Gyal. Il semblerait même que Eddiat soit le son que l’on entend dans l’intro de cette chanson. Ce son est parfait pour supporter la période dans laquelle nous nous trouvons à devoir rester confiné chez nous, c’est une connexion parfaite pour s’ambiancer dans son jardin ou sur son balcon. On n’a même pas besoin de comprendre les paroles pour kiffer parce que cela nécessite d’être trilingue en créole martiniquais, guyanais et jamaïcain. Concernant ce qu’on arrive à saisir, le message porte sur les politiciens, les guns, les femmes et sur le fait que ce sont tout deux des kings et ça personne ne pourra le contredire. En s’associant sur des sons ils donnent également un message d’unité entre les îles car il peut exister des rivalités qui ont été instaurées par les colons et qu’il serait dommage de faire perdurer.

Le seul reproche que l’on peut faire c’est que la chanson ne soit que sur Youtube et non sur les plateformes de téléchargements.  En attendant que le confinement se termine on réécoute Diamond Rock pour se tenir prêt pour l’AccorHotels Arena du 23 Septembre.