C’est le grand jour pour Kery James. Son septième album solo “J’Rap Encore” a été dévoilé hier à minuit sur toutes les plateformes de téléchargement légal. Depuis ses débuts en groupe avec Ideal J, ou en solo avec l’album “Et si c’était à refaire”, Kery James a beaucoup évolué. Commençant par un rap gangsta où le membre de la Mafia K1 Fry  ne croyait qu’à la vendetta du berreta, Kery a ensuite introduit le Rap conscient en France. L’album “J’Rap Encore” est assez “actuel” dans le choix des instrumental. Musicalement, il y a un monde entre “Et si c’était à refaire” et “J’Rap encore”, le premier est connecté à l’Afrique et aux sonorités subsahariennes, le second est un hymne de résistance très actuel finalement. Sur la cover, Kery brandit son poing, un poing qu’il n’a jamais laissé retomber.

“Tous les ghettos se ressemblent, les histoires se répètent comme un sample”

Son featuring avec Sofiane a particulièrement retenu notre attention. La production instrumentale sur le morceau est signée Seezy. Elle est complètement Trap avec des notes de piano assourdissante balancées comme des coups de fouets. Dans son couplet, Kery James donne sa vision 18′ du titre “Deux issues”. Ils donnent une leçon aux jeunes qui pensent que le quartier est une fin en soi(e).

J’connais personne qui soit devenu qui soit resté en vie et libre en racaillant

Un morceau complètement Gangsta, complètement hardcore, complètement Trap pour dénoncer les abus du “Gansterisme”. Grandiose.