jeudi 12 novembre 2020

Sinik – Bang Bang

Devenir rédacteur chez Rapunchline

T'as l'âme d'un journaliste, t'es super motivé et tu t'y connais bien en musique urbaine ? Si tu penses avoir toutes ces qualités, contacte-nous par mail pour rejoindre notre équipe de bénévoles.

« Moi j’ai gardé ma capuche, je n’ai pas baissé mon capsis » (SniperTrait pour Trait). Pour beaucoup, le rappeur originaire des Ulis qui a officié au sein du groupe Ul’team Atom à la préhistoire de sa carrière est tout ce que le rap français a fait de meilleur. Sa carrière remonte véritablement à 2005 avec l’album « La Main sur le Coeur » dont sont extraits deux classiques absolus « une époque formidable » et bien entendu « rue du paradis ». Dès lors, Sinik a une vision du rap qu’il n’abandonnera jamais. La vision d’un art qui se confond avec le témoignages de la minorité muette. Voilà un rappeur qui ne fait pas de rap pour être vu.

Maintenant plus de 15 ans plus tard, le rappeur est sur le point de dévoiler son « 8ème art » le 27 Novembre. Après avoir dévoilé « Douce France« , le rappeur revient avec un audio intitulé « Bang Bang« . Sinik est resté fidèle à ses convictions. En quelques 4 minutes, l’artiste du 91 fait parler le flow et le verbe : « mon flow n’a jamais chanté« . Non même au cours de ce cette aventure à Rai’n’B Fever et le très remuant « Bienvenue chez les Bylkas« , Sinik n’a pas cessé d’écrire « ça pour que tu saches d’où je viens, les Ulis » (« Une époque formidable »). Technique irréprochable, phrasé d’exception, le rappeur reste l’un des ténors du rap game. Le talent ne se compte pas toujours en disque de diamant.