Eminem livre les secrets de « Rap God » !

-

- Publicité -

La carrière d’Eminem est faite de haut et de bas. Avec « The Marshall Mather LP 2« , Slim Shady fait son grand retour en 2013 avec un album haut en couleurs. On y retrouve des bangers comme « Survival« , « Berzerk« , ou encore « Rap God » qui est entré au Guiness Book des Records.

Eminem livre tous les secrets du titre qui a battu tous les records !

Le rappeur de Détroit dévoile d’abord ses premières impressions sur le titre, la première fois qu’il a écouté :  «Quand je l’ai enregistré pour la première fois, j’écoutais encore des CD à l’époque. Je l’ai écouté dans la voiture, et quand ça s’arrête, je vois “Six minutes”. Vous savez, le time-code sur le CD. Et je me dis : “Qu’est-ce que c’est que ce bordel ?! Ça dit exactement six minutes ? C’est fou!”. Alors je l’ai replay : “Je viens de faire une putain de chanson de six minutes”».

- Publicité -

Personne n’a vu non plus l’hommage qu’il a rendu au titre « Supersonic » de J.J Fad à l’intérieur du morceau : : «Pour une raison quelconque, “summa-lumma, dooma-lumma” est resté un jour dans ma tête, explique Eminem. Et je n’arrêtais pas de répéter la phrase “summa-lumma, dooma-lumma, summa-lumma, dooma-lumma”. Ça rime avec beaucoup de trucs. C’est une sorte de cascade. Je ne veux pas appeler ça une cascade, mais ce genre de truc doit avoir les bons mots qui sortent de la bouche. Tu te dois de choisir les bons. Tu te dois d’avoir des mots qui marquent à chaque fois. Sinon, ça va être bâclé et sonner comme de la merde». Il a repris son flow légendaire.

Il explique ensuite la construction du morceau : «Ça m’a simplement conduit à la phrase suivante et à la phrase suivante. Je me souviens m’être demandé : “Quand je vais au studio, vais-je pouvoir dire cette merde ?” Parce que parfois j’écris, mais ma bouche ne peut pas le dire. Je ne sais pas pourquoi, mais parfois ça arrive». Puis, arrivé derrière le micro, Eminem s’est vite rendu compte que c’était possible : «La première prise, j’en ai fait la moitié. Et je me suis dit : “D’accord, cool, je peux le faire. Maintenant, laisse-moi me concentrer sur la meilleure façon possible de le dire”».

Finalement même son entourage en doutait, l’interprète de « My name is » a même réussi à réaliser une performance en live avec ce morceau :  chaque fois que je fais quelque chose comme ça, je m’assure que ma bouche peut le dire. Parce que je garde toujours à l’esprit que je devrais faire ça en direct. Donc je ne peux pas tricher au studio. Je dois être capable de le dire réellement».

Eminem, véritable « Kalash humaine » a battu son propre record avec le morceau « Godzilla« .

- Publicité -