samedi 21 novembre 2020

Kalash – Rolex freestyle

Devenir rédacteur chez Rapunchline

T'as l'âme d'un journaliste, t'es super motivé et tu t'y connais bien en musique urbaine ? Si tu penses avoir toutes ces qualités, contacte-nous par mail pour rejoindre notre équipe de bénévoles.

S’il y en a un qui ne laisse pas tomber son public durant cette période un peu particulière qu’est le confinement, c’est bien Kalash. En effet, depuis le début de celle-ci, il envoie des sons, on a eu le droit à des sons dancehall comme Gyal Yuh Body Hot mais également un featuring avec Gifta Ediiat. Comme il le dit lui-même, il a quelques trucs de côté dont le tout dernier Brand New qui est Rolex Freestyle, un son complètement rap. Il montre une fois de plus sa polyvalence dans plusieurs genres artistiques et contente sa fan base qui préfère tel ou tel style.
Dans ce son dont la prod est réalisée par Iamplaykid, responsable également du titre très hip-hop Salam, il se positionne dans un délire égotripé qui lui va bien. Il envoie de bonnes punchlines et offre même une animation à ce freestyle car on y voit un dessin de lui faisant penser à un Dothraki de Game of Thrones mais qui n’est pas statique car il cligne des yeux, et de l’eau sort de sa tête, il y a même des billets qui apparaissent. Cette animation est réalisée Matt.crx et elle fait le taff au vu des conditions assez compliquée pour produire des visuels en ce moment. Dans Rolex, il est dans un délire où il clash ses congénères dans le milieu du rap « Le rap français, c’est chaud, c’est claqué / Ces gars sont faux, leurs chaînes sont en plaqué« , il se compare à eux pour accentuer leur différence « Tu dépenses dans des boutiques qui m’font des cadeaux de ouf / T’as une nouvelle paire mais moi, avec, je joue au foot / J’ai accès au salon, t’as accès à la soute« . Malgré cela il n’a rien à prouver car comme il le dit « J’donne des billets mais j’filme rien« , il n’est pas en représentation, si il se montre généreux ce n’est pas pour qu’on flatte son égo. Cela fait écho à un article précédent où il avait été vu faisant un geste généreux complètement désintéressé car il n’en avait pas fait la promotion, cela nous avait amené à en faire un article car c’est important de souligner ce genre d’actes.
Dans la suite du freestyle, il abandonne l’egotrip pour se replacer comme un simple homme se trouvant dans la même situation que tout le monde « J’suis dans l’futur j’ai 30 ans mais j’suis en quarantaine« , comme un blédard qui a connu des difficultés « Un vrai blédard, mon accent est réel / J’me rappelle des galères, la cité à l’ancienne« , à ce moment là il change de flow qui devient plus mélodieux. Il finit ce freestyle dans un chuchotement lorsqu’il aborde vraiment ses sentiments et ce qui le touche vraiment « Les enfants sont si loin, maint’nant j’comprends mon père / Ma douleur est si forte que j’en emplis les autres« .
À première vue avec le titre, on a l’impression que c’est juste un pur son égotripé mais ce n’est pas le cas, Kalash, en plus de manier plusieurs styles musicaux, nous montre qu’il manie différents registres utilisés dans le rap et en plus de tout ça manie plusieurs flow et peut même se permettre de finir un son dans un chuchotement. Puisque ce son n’est pas le seul qu’il a un en stock on espère qu’il va faire pleuvoir les autres …