On ne sait rien de lui. Dès la première écoute pourtant, on l’imagine arpentant les rues de Brooklyn ou d’un ghetto de Détroit, on l’envisage homme d’expérience ou adolescent précoce, on l’écoute surtout en boucles, comme hypnotisé par ce flow au delà de l’oxygène, cette voix à la fois grave et habitée, cette capacité à bousculer les mots pour mieux dépasser la réalité. Le rap de JAMES THE PROPHET ne fait pas de prisonnier, il envoûte et excite les curiosités. Il vibre au coeur d’une époque moribonde. Il boxe et transcende avec une grâce indomptée.