mardi 27 octobre 2020

Abou Tall – Mona Moore

Devenir rédacteur chez Rapunchline

T'as l'âme d'un journaliste, t'es super motivé et tu t'y connais bien en musique urbaine ? Si tu penses avoir toutes ces qualités, contacte-nous par mail pour rejoindre notre équipe de bénévoles.

Abou Tall ? Le binôme de Dadju en sein des Shin Sekaï de Dawala est lui aussi prêt à prendre son envol. Le rappeur originaire de Paris, et plus particulièrement du neuvième arrondissement de Paris, fait partie de la grande aventure du Wati B. Nombreux sont les détracteurs du label de Dawala. Mais le parrain du Rap à Paris a libéré le Rap des « codes Gangsta » dans lesquels il s’est enfermé des années durant. Ce que le R’n’B n’a jamais réussi à faire en France, la Pop Urbaine de Dawala s’en est chargé.

Bien sûr, aujourd’hui Gims, Lefa, Dadju et Abou Tall ne font plus partie de son label. Mais tous ces rappeurs perpétuent suivant leur style un esprit Hip-Hop affranchi de l’emprise du gangsta rap. Après quelques années d’absence, Abou Tall vient de dévoiler le quatrième extrait de son futur projet. Période de confinement oblige, c’est bien une lyrics vidéo qui accompagne le titre aux accents brésiliens concocté par Raphael Nyadjiko.

Le beatmaker a l’habitude de travailler avec des stars de la chanson française comme Dadju, Kendji, Amir ou Tayc. Pour son titre avec Abou Tall, il mise sur des sonorités Bossa Nova tandis que la chanson urbaine voue un culte au reggaeton lorsqu’il s’agit d’ambiancement depuis le « Validée » d’un certain B2O.

Abou Tall exprime avec une certaine poésie son amour pour cet homonyme de Mona Lisa. Ce genre de titre marque la professionnalisation et l’ouverture de la musique urbaine.