vendredi 25 septembre 2020

Cheu-B – Moët & Marion

Devenir rédacteur chez Rapunchline

T'as l'âme d'un journaliste, t'es super motivé et tu t'y connais bien en musique urbaine ? Si tu penses avoir toutes ces qualités, contacte-nous par mail pour rejoindre notre équipe de bénévoles.

Si on instaurait un concours de productivité depuis ce début d’année, Cheu-B le gagnerait haut la main. Il est inarrêtable et même le COVID ne l’empêche pas de sortir des dingueries dont la toute dernière en date c’est Moët & Marion. Si Cheu-B était une série TV on pourrait dire que la Saison 1 se situerai dans le Sky, un univers créé par son personnage principal où on peut être libre de faire ce qu’on veut et d’être qui on veut. Dans cette Saison 1 il y aurait déjà 4 épisodes de sorti, le premier s’intitulerait Encore une Malette, le second MEGAGROINJ, le troisième Bandit et le dernier en date, est celui que nous découvrons, Moët & Marion. Big Cheu c’est un rappeur parisien très kainry, il s’inspire fortement de ce qui vient de là-bas, en prend le meilleur, le remet à sa sauce et créé une mixture propre à lui.
Moët & Marion est produit par le même DJ Lewis à l’origine des productions de Encore une malette et Mauvais coton. Au début on entend un son de violon puis les basses retentissent pour nous faire rapidement comprendre que c’est bien un banger que l’on va écouter. Concernant le titre vous l’aurez compris, il s’agit d’un jeu de mot qui fait référence à la célèbre marque de champagne Moët & Chandon qui a contribué à faire connaître le champagne français dans le monde entier. Alcool et hip-hop sont souvent liés, on peut citer notamment Jay Z qui avait appelé au boycott d’une marque à cause de propos du responsable jugés racistes et d’une autre pourtant inconnue qui est devenue, grâce à lui, le champagne le plus cher de la planète. Par contre, pour ce qui est de Marion, on ne sait pas qui elle est, peut-être une des six jeunes femmes dessinées sur le visuel du single ? La cover, réalisée par le graphic designer drinks, met en avant un Cheu-B torse nu mais paré de bijoux, bouteille à la main, faisant un doigt, sur la pelouse d’une belle maison entouré de femmes, apparemment amoureuses de lui car elles ont des cœurs dans les yeux, et de deux Lamborghini, la belle vie quoi. Pour se préparer à la guerre qu’il va mener au micro, il doit être préparé et pour cela il a besoin de son verre de Moët et d’une djandjou. Le mot Djandjou vient de l’argot nouchi parlé en Côte d’Ivoire, il peut être à base de français et de langues locales, une djandjou est une fille aux mœurs légères. Big Cheu nous montre une fois de plus l’étendu de sa maîtrise, il utilise différents flow, il s’inspire des Américains mais il l’adapte à son univers parisiens et à ses origines africaines.