lundi 1 juin 2020

Scylla feat Furax Barbarossa – Sales mômes

Devenir rédacteur chez Rapunchline

T'as l'âme d'un journaliste, t'es super motivé et tu t'y connais bien en musique urbaine ? Si tu penses avoir toutes ces qualités, contacte-nous par mail pour rejoindre notre équipe de bénévoles.

Le confinement a été une véritable période de foisonnement artistique pour Scylla. Le rappeur a mis en place sa « station de confinement » dès le début de la période de quarantaine. Puis il a proposé à son fidèle public de participer au choix des thèmes de ses morceaux. Après deux épisodes fabuleux, relayés par toute la presse spécialisée, Scylla rend une troisième copie en compagnie d’un certain Furax Barbarossa.

Si vous suivez de près la Demi Actualité du rappeur de Sète, vous saurez que Furax Barbarossa est l’un des featurings les plus « techniques » de Demi Portion sur « La Bonne école« . Old School ou plutôt Boom Bap, puisque c’est un style comme un autre, le rappeur excelle comme la plupart des maîtres artificiers des lettres de cette mouvance avec un phrasé et un flow hors norme.

« Je suis pas une simple goutte d’eau moi je suis l’océan »

Les rappeurs font souvent part de leur vécu. Ici, Scylla et Furax remontent aux origines du mal, à leur enfance sur une production instrumentale ultra chargée signée par Mehsah. Le Flow de Furax est plus « accentué » que celui de Scylla plus continue. Ce contraste donne l’impression d’un clair-obscur musical.

Le visuel signé Ebo vestige de la période de confinement est inspiré de la « Cité des Enfants Perdus » de Jean Pierre Jeunet. Un film onirique dans un univers cauchemardesque.