Invincible – Sinik sortait ce vendredi son nouvel album. Désormais en retrait du rap game, il restera parmi ceux qui l’ont marqué au fer rouge. Phénomène incontestable des années 2000 il est resté fidèle au format de rap qui a fait sa légende, laissant passer le train du rap moderne pour prendre celui de l’authenticité qui le caractérise. Ainsi, il ne pratique plus que pour le plaisir, sa pérennité financière étant assurée par son tatoo shop et sa société de production.

21 Rue De l’Avenir – Ainsi le rappeur vétéran ne s’embarrasse pas des codes du succès et continue à livrer des titres similaires à ceux qui ont fait sa gloire. Dans un projet clairement destiné à ceux qui l’ont suivi depuis le début, il n’abuse jamais de la modernisation et sait s’en tenir aux codes qu’il maitrise, entre morceaux rappelant ceux de ses débuts et tentative raisonnables d’exploration de nouveaux horizons.

“21 Rue de l’Avenir” est un savant mélange de ces deux visions. Produit par l’excellent Zarka, jeune producteur talentueux et polyvalent dont vous entendrez parler dans les mois à venir et qui a réussi avec grâce à soutenir le propos de Sinik de bout en bout via une instrumentale ambitieuse et emplie d’émotions variées, c’est un titre qu’on peut apparenter à une version 2.0 d’“Une époque formidable“. Un court refrain chanté y laisse place à 3 couplets (2 et demi ?) poignants d’un story-telling nostalgique de la vie de Sinik à travers les différents déménagements de sa famille poursuivie par les huissiers. Un tableau prenant d’une enfance/adolescence tourmentée, témoin d’une crise du logement trop souvent décrite et comprise de bien trop loin par les autorités concernées. Quel titre.