Les relations entre la presse et le rappeur de Détroit n’ont jamais été au beau fixe. De tout temps, Eminem a critiqué le monde du spectacle et les critiques. Lorsque son album “Kamikaze” est sorti, il a essuyé une pluie de critique. Et pourtant, Eminem est premier du Top dans près de 103 pays avec plus de 434 000 copie vendus déjà (à titre d’exemple un rappeur français moyen vend un millier de CD sur le marché hexagonale au cours de la première semaine d’exploitation). Alors Slim Shady a décidé d’acheter une page de publicité dans le très sérieux “The Hollywood Reporter” avec l’aide de son label “Interscope” pour mieux répondre aux médias.

Sur cette affiche titré “Not For your Consideration”, on retrouve les pires critiques qui lui ont réservé des magazines réputés dans le monde de la musique comme le Rolling Stone Mag, ou encore Noisey, ou bien encore le tout puissant magazine Pitchfolk. C’est la première fois de l’histoire de la musique qu’un artiste “troll” les critiques. Pour se défendre Eminem a déclaré : “qu’il n’a aucun mal à accepter les critiques “constructives”.  Va comprendre !

@le_z_de_ze_z #METOO je me suis pris une droite dans un aéroport. J'ai pas fait de prison ... Mais #BalancetonRappeur Mec !