Hatik fait partie des pures produits de Daymolition. La chaîne de partage de Freestyle sur YouTube est à l’origine de “plusieurs carrières” (quand certains rappeurs bannis sur Instagram “arrêtent des carrières”) dont par exemple celle de Timal ou de Zeguerre. Et les amateurs de R.A.P en France ont toujours l’œil tourné vers la chaîne de Screetch. Après une série de freestyle “Chaise Pliante”, et un massacre en règle dans “Rentre dans le Cerlce” de Fianso, Hatik dévoile l’album éponyme. Habitué au déchaînement “Gangsta Rap”, le rappeur dévoile un album intimiste mais quelques fois plus ouvert. Il se permet même sur le titre “Angela” de faire une petite reprise d’un titre archi connu du Sayan Supa Crew. Hatik est véritablement l’un des rookies à surveiller de très près pour 2020.

De passage dans le Planète Rap d’Hornet La Frappe, il a repris la production instrumentale du titre “Testament” de Rohff dans un freestyle explosif. Selon ses plus grands aficionados, les titres “Regretté” et “Testament” font partie des plus gros classiques du cauchemar du Rap français. C’est une preuve encore que malgré ses démêlés avec la justice, l’ombre de Rohff plane toujours sur le Rap français lui, qui comme d’autres, fait partie des piliers.

Entouré de ses proches, et habillé en noir de la tête au pieds, Hatik lance son “Testament”. Dans un rap de rue authentique, sans magnifier sa voix avec des effets, il revient d’abord sur son vécu. Puis il dédicace la chaîne de télévision Canal Plus qui diffusera bientôt la série de Frank Gastambide “Validé”dans laquelle Hatik tient un rôle important. Du vécu, de la rue, de l’égo trip, sans bling bling, Hatik a rempli le contrat. Il n’a pas trahi de le testament de ses ancêtres.