vendredi 23 juillet 2021

Orelsan prête sa voix à l’ONG « Médecins du Monde » ! (Vidéo)

Devenir rédacteur chez Rapunchline

T'as l'âme d'un journaliste, t'es super motivé et tu t'y connais bien en musique urbaine ? Si tu penses avoir toutes ces qualités, contacte-nous par mail pour rejoindre notre équipe de bénévoles.

Simple. Basique. Nécessaire.
Orelsan l’artiste à la marque Avnier, au flegme Nantais prête sa voix à la nouvelle campagne de Médecins du Monde.
Le mouvement Médecins du Monde propose depuis plusieurs années des campagnes atypiques parfois controversées dans le but d’interpeller les populations sur la santé mondiale.
Leur campagne de 2016 qui dénonçait le business autour de différentes maladies comme le cancer avait fait la une de plusieurs médias français.
Cette année la campagne de l’association est de nouveau au cœur des discussions car elle aborde des sujets complexes comme la prostitution ou la religion.
De plus la campagne est portée par Orelsan, qui pose sa voix, différente, sur un film émouvant et porteur d’un message fort.
L’auteur du « Chant des Sirènes » utilise son franc parler afin d’inciter la population à effectuer des dons qui permettront aux Médecins du Monde d’exercer et donc d’améliorer la santé de l’ensemble des Humains.
Orelsan est depuis longtemps un artiste engagé, dans ces titres il rappe sur de nombreux problèmes de sociétés. « Tout va bien », un des titres de son dernier album « La Fête est finie », dénonce les violences faites aux femmes ou encore les conditions de vies des SDF.
Il est donc naturel de le retrouver engagé au sein d’une association telle que Médecins du Monde.
Le clip de la campagne est poignant et la voix d’Orelsan nous plonge d’autant plus dans cette ambiance presque oppressante.
Le message délivré par l’artiste est le suivant : « On s’en fout de leur apparence, de la religion ou des ethnies. De ce que dit la morale. De ce qui est bien ou mal. De qui est civil ou rebelle. Et s’ils ne parlent pas la même langue, on s’en fout. Qu’ils soient juste en bas de la rue ou à l’autre bout du monde. On s’en fout. Tout ce qui compte pour nous c’est leur santé. »