lundi 13 juillet 2020

Ramzy évoque les violences policières en racontant sa propre expérience ! (Vidéo)

Devenir rédacteur chez Rapunchline

T'as l'âme d'un journaliste, t'es super motivé et tu t'y connais bien en musique urbaine ? Si tu penses avoir toutes ces qualités, contacte-nous par mail pour rejoindre notre équipe de bénévoles.

À l’occasion de la sortie sur Netflix du film Balle Perdue réalisé par Guillaume Pierret, on a échangé avec Ramzy pendant une dizaine de minutes autour de différents sujets d’actualité. Dans le rôle d’un chef de brigade, le comédien joue pour la première fois dans un film d’action, et il le fait plutôt bien quand on voit le succès que rencontre le film sur la plateforme de streaming.

C’est donc aussi l’occasion pour Ramzy de se mettre dans la peau d’un policier, dans une période où les relations se tendent fortement. Et quand on lui demande son opinion sur le sujet, on voit bien que sa réponse respire la colère, une colère forte et sincère justifiée par des expériences personnelles traumatisantes.

« Quand t’arrives à esquiver les skinheads t’es content, puis tu vois les flics et tu sais qu’ils vont t’arrêter. Et il y a deux chances sur trois pour que ça finisse mal« , nous dit-il, insistant ensuite sur le caractère systématique de ces « contrôles » et du manque de respect qu’affichent les policiers à l’égard d’une partie de la population.

Car cette différence de traitement est une réalité, et une réalité qui ne date pas d’hier mais qui peine encore trop a être dénoncée. Et forcément, quand on se fait contrôler 3-4 fois par jour, par des personnes qui ne vous traitent sans aucune considération en prenant un air hautement supérieur, il arrive que certains n’acceptent plus. Est-ce une raison légitime pour les plaquer au sol ? Pas certain…

Insistant ensuite sur le rôle de films comme La Haine de Matthieu Kassovitz, Ramzy rappelle à juste titre que ces faits ne sont pas nouveaux, la seule différence qu’il y a aujourd’hui, c’est que les réseaux sociaux ont contribué à ce que l’on en parle davantage, et c’est une bonne chose. Une partie de la population commence à se rendre compte de ce qu’il se passe depuis des années maintenant, et quand on voit l’ampleur des derniers rassemblements autour d’Assa Traoré, on peut se dire que l’on est en bonne voie.