C’est le grand retour à la compétition de Sofiane, qui revient directement affuté en pointe pour mettre la lucarne. On se permet une petite comparaison footballistique pour lui qui rappait dans son dernier album Affranchis90 minutes sur le banc, 300 000 albums dans les arrêts de jeu“. Et c’est vrai que depuis ce dernier projet sorti il y a maintenant 2 ans, on a plus beaucoup entendu Sofiane. Heureusement, le voilà de retour, et en terrain conquis en plus, puisqu’il nous offre le douzième épisode de la série désormais classique JesuispasséchezSo.

Pour poursuivre la métaphore, on a l’impression qu’il est devenu coach pendant quelques temps, comme une sorte d’entraîneur/joueur qui rentre sur le terrain quand il sent que c’est nécessaire. Il le dit lui même dans le morceau : “J’ai fait péter plus de mecs que Sony Music France“. Cette grosse punchline fait référence à toute l’implication qu’a pu avoir Sofiane dans son label Affranchis qui aura vu décoller des stars d’aujourd’hui comme Soolking, mais aussi dans Le Cercle qu’il a développé de A à Z et qui est une excellente vitrine pour tous les jeunes rappeurs, comme Heuss l’Enfoiré qui a explosé après son passage.

Toujours dans cet esprit collectif, il a aussi mené à bien un projet qui lui tenait particulièrement à coeur : celui de réunir tout (ou presque) le 93 sur un projet. Avec l’album 93 Empire, Sofiane frappe fort et marque l’histoire, porté par sa passion, et c’est ce qui compte. La fin 2019 aura été bien plus calme pour lui, que l’on aura quasiment pas vu ni entendu si ce n’est une apparition avec L’Algérino sur Les Princes de la nuit.

Absent des réseaux depuis longtemps, l’annonce de son retour pour ce Jeudi sonne comme  une surprise pour pas mal de monde. Le leader du label Affranchis revient avec un morceau agressif comme à son habitude, sur une prod de Tarik Azzouz parfaite pour ce comeback, avec ces sortes de violons qu’on entend en fond de mélodie et qui donnent un aspect très théâtral. Incisif dans son flow, tranchant dans ses punchlines, le rappeur de Blanc-Mesnil (93) n’a rien perdu de son talent.

Et quand on voit le clip, on a l’impression que Sofiane n’est jamais parti. On retrouve ce qui faisait l’essence de la série de freestyles, à savoir lui qui rappe son texte, toujours entouré d’une équipe. On notera peut être quelques effets spéciaux en plus, qui étaient moins voir pas du tout présent dans les épisodes précédents.

Sacré retour donc pour Fianso, 2 ans après Affranchis. On dirait bien que ce morceau marque le retour aux affaires d’un des piliers du rap français actuel, et un potentiel album à venir serait une excellente nouvelle pour tous ceux qui aiment cette musique autant que Sofiane.