Eric Zemmour : Polémiste ou … – Toujours invité sur les plateaux des chaînes d’information, le polémiste Eric Zemmour brille par son côté “subversif nationaliste” comme si aujourd’hui manifestement la “révolution était de droite” comme l’a dit le groupe IAM dans le morceau “La Fin du Monde” extrait de “Saison 5”. En dehors de ces thèses bordeline sur l’immigration en général et sur les immigrés musulmans en particulier, brandissant un peu toujours le spectre de l’hirsute islamiste égorgeur de moutons et parfois de journalistes, Eric Zemmour a une dent contre le mouvement hip-hop qu’il a qualifié de “Sous culture d’analphabètes”. Invité sur le plateau d‘i-Télé, il persiste et signe devant le chanteur Cali qui pour sa part a préféré quitter le plateau avant l’heure.  A une heure de grande écoute sur la deuxième chaîne d’information en France il a déclaré :

« Je maintiens que (le rap), c’est un sous-art. Si ça vous plaît pas, c’est le même prix, j’ai le droit de dire que c’est nul. » .

Cali que l’on connaît pour ses positions humanistes a rétorqué :

“Pendant des années, le service public a donné la parole à ce monsieur. Ce monsieur a provoqué, a présenté la haine, a dit des mots terribles qui ont fait du mal à des gens. Et encore aujourd’hui, on lui laisse la parole (…) Je ne veux pas être sur le plateau avec le monsieur. Je ne veux pas être le complice… “

Pour un amateur de Rap, qui connaît les censures dont font l’objet la plupart des rappeurs, il faut revenir à un texte de NTM qui dans le morceau “On est encore là” parlait du Front National en se dénonçant les “deux poids, deux mesures” :

“Le Sud est contaminé, remarque, y a pas que la droite, aussi
Les lois Debré tu crois que c’est quoi sinon une pâle copie ?
De celui qu’on ne censure pas
De celui qui parle de race supérieure et qu’on invite à tous les débats
Je suis pas sûr qu’y ait pas
Deux poids, deux mesures et pas
Pas de justice, surtout si tu pèses pas”

Eric Zemmour n’est pas Jean Marie Le Pen, mais aucun rappeur ne pourrait se permettre de tenir le genre de propos que tient le polémiste dans un seul de ses singles.

L’affaire Youssoupha ! – A la fin des années 2000′, Youssoupha avait dénoncé les propos du polémistes dans son single “A force de Le Dire” extrait de l’album “Sur les chemins du retour” :

“Je mets un billet sur la tête de celui qui fera taire ce con d’Eric Zemmour”.

Poursuivi pour ses propos qualifié de “Menaces de Mort”, Youssoupha a été condamné à payer des dommages et intérêt aux polémistes en première instance. En appel, Youssoupha a gagné la partie face au polémiste. Par ailleurs  il s’est défendu sur cette affaire dans un autre single intitulé “Menaces de Mort”.

Sur ce sujet encore, le polémiste ne fait pas de rétropédalage, il déclare :

 

“Je ne présente pas mes excuses à un type qui dit qu’il voulait me tuer, il y a des limites”

 

Pour l’ensemble de son œuvre : No Comment !

 

@le_z_de_ze_z #METOO je me suis pris une droite dans un aéroport. J'ai pas fait de prison ... Mais #BalancetonRappeur Mec !