Révise tes classiques #2 : Mauvais Œil !

par theovilletorte

Après avoir voya­gé sur la pla­nète Mars, petit bon de 3 ans en avant pour se retrou­ver en Sep­tembre 2000, moment de la sor­tie de l’album Mau­vais Œil, clas­sique intem­po­rel de notre rap français.

Très atten­du, le pre­mier album stu­dio du groupe Luna­tic com­po­sé de Ali et Boo­ba arrive après quelques mor­ceaux très convain­cants posés sur quelques pro­jets de l’époque dont peut être le plus célèbre d’entre eux : « Le crime paie » sor­ti en 1996 sur la com­pi­la­tion Hos­tile Hip-Hop.

Sur un passe-passe d’anthologie et dans un style proche de ce pou­vait pro­po­ser Mobb Deep à l’époque, les deux artistes impres­sionnent et pré­parent le public à ce qui va deve­nir quelques années plus tard l’un des albums les plus classiques.

Si vous connais­sez tous la phrase qui dit que « les oppo­sés s’attirent », celle-ci carac­té­rise bien l’impression que l’on peut avoir à l’écoute de Mau­vais Œil. Car construire un album en duo, un album cohé­rent, avec deux per­son­nages au dis­cours si oppo­sé, ne devait pas être une mince affaire.

D’un côté, Ali qui repré­sente la sagesse et la foi face aux injus­tices du quo­ti­dien, et de l’autre Boo­ba, plus fou­gueux, non­cha­lant et au dis­cours plus influen­cé par « l’esprit hip-hop ».

Pour autant, le mélange donne un résul­tat incroyable et des mor­ceaux tou­jours plus clas­siques les uns que les autres.

Si cet album a mis les deux com­pères dans la lumière, il aura aus­si beau­coup contri­bué à l’explosion de Boo­ba, qui détonne par son style d’écriture par­ti­cu­lier et ses pun­chlines tran­chantes. L’album regorge de rimes deve­nues des réfé­rences, comme son fameux « Putain quelle rime de bâtard » dans La Lettre ou bien le « Si tu kiffes pas renoi, t’écoutes pas et puis c’est tout » dans Si tu kiffes pas

Pro­vo­ca­teur génial, ses coups de génie contri­bue­ront à l’installer dou­ce­ment au top de niveau, avant de se lan­cer en solo deux ans plus tard avec un autre clas­sique, Temps Mort.

Loin d’être dépas­sé, Ali a une place toute aus­si impor­tante dans le pro­jet, car en plus de sa qua­li­té d’écriture indis­cu­table il per­met de struc­tu­rer l’album et en fait presque res­sor­tir les coups d’éclat de son acolyte.

Deve­nu au fil du temps une réfé­rence pour tous les ama­teurs de rap, Mau­vais Œil est un album à écou­ter abso­lu­ment. Récem­ment encore, Nek­feu et Alpha Wann ren­daient un hom­mage au pro­jet avec leur phase « qui peut le faire mieux que nous à part Luna­tic en passe-passe », preuve que cer­tains clas­siques res­tent indé­trô­nables des années après.

Alors on ne sau­rait vous conseiller d’écouter ou réécou­ter Mau­vais Œil, vous ne per­drez pas votre temps !

À la une