samedi 14 novembre 2020

Spotify refuse de censurer Freeze Corleone sur sa plateforme !

Devenir rédacteur chez Rapunchline

T'as l'âme d'un journaliste, t'es super motivé et tu t'y connais bien en musique urbaine ? Si tu penses avoir toutes ces qualités, contacte-nous par mail pour rejoindre notre équipe de bénévoles.

« La Menace Fantôme » a soulevé beaucoup de questions dans le monde de la musique concernant la liberté de chaque artiste. Tout commence lorsque Freeze Corleone dévoile la tracklist très « indies » de son projet, et annonce que « LMF » est en précommande sur le site de la FNAC.

Le distributeur retire le projet de la vente sans vraiment annoncer de raison claires. Malgré son disque d’or en quelques dizaines de jours, le projet « La Menace Fantôme » fait l’objet d’une véritable levée de boucliers. Plusieurs associations comme la Licra défendent l’idée que le rappeur fait l’apologie du IIIème Reich, et que ses textes sont « complotistes » et « antisémites« . Le Ministre de l’intérieur monte au créneau, et les textes du rappeurs font l’objet d’une question au gouvernement à l’Assemblée Nationale et même sur TPMP…

Universal se sépare de l’artiste. Mais après plusieurs fausses annonces, l’album est toujours disponibles sur les plateformes de téléchargement légal. Des journalistes anglo-saxons ont contacté Spotify pour avoir un retour sur la diffusion de l’artiste considéré comme « antisémite » par certains :

« We make music available as the artist intends it to be heard, and that sometimes includes explicit content. Based on the information they provide, we tag explicit releases with EXPLICIT or E. »

Cette réponse en réalité est une autoréponse que l’on trouve même en l’état sur le site de Spotify. Elle signifie que le plateforme défend la liberté d’expression. En cas de problème de droits d’auteurs, les plateformes de streaming sont beaucoup plus dynamiques. Car Spotify, comme Facebook qui a du gérer un problème avec la campagne de Donald Trump récemment, ne peuvent légitimement décider seuls du bien fondé d’une censure. Elles n’ont pas vocation à décider de ce qui est « juste » , ou « raciste« .