Mélanie Georgiades plus connue sous le nom de Diam’s est un modèle de réussite dans le milieu de la musique urbaine. Véritable pionnière elle a su s’imposer dans un milieu compliqué. Elle a décomplexé bon nombre de médias généralistes avec un rap engagé, jovial et affranchi de tout code. Son premier  tube “Dj” a, à sa sortie, créé une vraie déferlante et lui a fait gagner bon nombre de prix prestigieux. Des morceaux plus engagés comme “Marine” chanson dédiée au Front National (et à la fille de son leader de l’époque, devenue leader du mouvement après lui), ou encore “Ma France à moi” ont montré que la rappeuse n’avait aucunement peur de l’engagement, malgré une notoriété en explosion exponentielle.

On ne compte plus le nombre de scène ou le nombre d’albums vendus tant et si bien que la MC du 91 avait été nommée directrice française du célèbre label “Motown”. Son dernier album au titre évocateur “SOS” sorti en 2009 est un classique et nous dépeint une chanteuse lassée par la notoriété et la vie de star. Le dernier track “Si c’était le dernier” dévoile la face du succès cachée au public. Gavage aux médicaments prescrit par des psychiatres, dépression, tendances suicidaires, internement bref, la jeune femme a payé sa réussite au prix fort.

Depuis cet opus Diams s’est retirée totalement du monde de la musique, ne s’exprimant désormais que dans des rares interviews, via sa fondation humanitaire ou encore les livres qu’elle écrit.
Son amie Vitaa nous donne parfois de ses nouvelles et c’est un grand bonheur pour ses fans (nous les premiers) de la savoir enfin en paix et heureuse. Elle déclare aujourd’hui que la rappeuse vit désormais dans un autre pays et est épanouie dans une nouvelle vie qu’elle partage en famille loin du star system.
Comme on dit, loin des yeux près du cœur, si sa musique nous manque, nous nous replongeons dans sa discographie avec plaisir en lui souhaitant le meilleur après tout ce qu’elle a vécu et nous a transmis.