Orelsan – L’odeur de l’essence

par ZeZ XXI

Orelsan : Fin de « Civilisation » ? – Après un disque de diamant pour « La fête est finie », le rappeur se lance dans le défi « Civilisation » qui sera disponible le 19 novembre prochain. Le premier extrait de son album, « L’odeur de l’essence » vient d’être publié sur Youtube. Et c’est sans doute le titre le plus engagé d’Orelsan. Le rappeur de Caen met son humour et son verbe au service de la dénonciation lucide d’un monde qui s’écroule. Avec un titre quasi homonyme d’un classique de NTM (« Odeur de souffre »), l’artiste se lance dans un pamphlet magnifique sans doute plus cru, plus réaliste, que n’importe quel débat de télévision entre citoyens première classe qui imaginent que le billet du métro parisien s’achète à « 4 euros » (NKM).  Sans doute, la montée des extrêmes en France, et ce virus apocalyptique ont mis en lumière certaines réalités pour le rappeur.

Orelsan : Comme une odeur de souffre – Sur une instrumentale totalement explosive de Skread et Phazz, avec un sample de voix totalement apocalyptique, Orelsan se ballade devant un écran de cinéma. Un peu dans le genre d’un Kery James sur un « Hardcore » 2K21, il constate le théories nauséabondes et totalement imaginaires autour de l’insécurité, du grand remplacement ou parle de la qualité de nos « communicants politiques » … A la fin du morceau, il évoque l’apogée et la décadence des civilisations anciennes. Puis si tout se passe devant un écran dans ce clip signé par David Tomaszewski c’est sans doute car aujourd’hui tout se passe derrière un écran tactile ou un écran plat.

À la une

Rapunchline utilise des cookies sur ce site. Avec votre consentement, nous les utiliserons pour mesurer et analyser l'utilisation du site (cookies analytiques), pour l'adapter à vos intérêts (cookies de personnalisation), et pour vous présenter des publicités et des informations pertinentes (cookies de ciblage). Accepter