vendredi 30 octobre 2020

Innoss’B feat Damso – Best

Devenir rédacteur chez Rapunchline

T'as l'âme d'un journaliste, t'es super motivé et tu t'y connais bien en musique urbaine ? Si tu penses avoir toutes ces qualités, contacte-nous par mail pour rejoindre notre équipe de bénévoles.

Son blaze tourne doucement en Europe, mais Innoss’B réalisait déjà quelques featurings avec Akon et Fally Ipupa en 2010. Le chanteur est issue du Congo, une douce origine qu’il porte depuis en chanson dans ce pays déchiré par les guerres civiles et les guerres de ressources. C’est du côté de Dems que le chanteur international a jeté son dévolu tandis qu’il a été nominé au BET Awards cette année 2020′.

Damso est lui aussi originaire de ce pays d’Afrique central. Dès ses débuts, dans le titre « Graine de Sablier« , il dépeint la situation du pays dans une série d’images qui viennent ponctuer l’amère prière pour sa mère malade : « Le temps j’aimerais le manier« . Quelques années plus tard, libéré du 92i, il s’inspire de certaines sonorités traditionnelles dans son projet « QALF » qui battaient déjà des records de vente alors qu’il n’était pas encore sorti. Le titre « MEVTR » qui ouvre le bal de l’intimiste « Qui aime like follow » est tribale loin de l’afro-pop occidentalisée. Par ailleurs, c’est en toute logique que le rappeur sort son album dans un Kinshasa parsemé d’affiches « QALF » placardés partout où les murs du Congo tiennent encore debout. Dans les dernières secondes qui le séparent de la sortie, Dems est au Congo.

La collaboration entre les deux hommes est alors logique. Et il n’y avait qu’un Innoss’B qui était capable de faire sortir le rappeur de Bruxelles du « Nwar » dans lequel il est enfermé depuis « Batterie Faibles« . Le titre « Best » est un hymne à l’espoir, joyeux, bon esprit dans un Congo qui danse et qui festoie loin des massacres et du malheur. Le morceau produit par Djizzo (très proche de Innoss’b) a choisi le meilleur du Congo pour thème. Comment être le meilleur pour venir en aide aux siens ? Un rêve africain que l’on a déjà entendu chez Raphael Beauzart dans un morceau plus triste « Lampedusa« .