Dinos continue sa progression petit à petit avec son album Taciturne sorti depuis le 29 Novembre et envoie le troisième clip ! Les clips des titres Mack Le Bizz et Oskur sont déjà sortis et maintenant on a le droit à celui du son préféré de son manager Oumar Samaké, N’Tiekar. Comme pour le clip de Oskur qui tourne en radio assez régulièrement, il a de nouveau fait appel Matthias Delabarre pour le réaliser et on retrouve la touche assez dark du clippeur.

Le clip est en noir et blanc sauf pour les éléments oranges, ce qui est en concordance avec le visuel de son album qui est en N/B avec le contour orange. La couleur orange fait référence aux feuilles d’automne car c’est un album qui est sorti en automne afin de préparer, comme il le dit, la dépression hivernale. Il a été tourné à Sevran, avec de très belles images du quartier filmé avec un drône, c’est pour cela que l’on peut voir en guest Maes, Da Uzi et Kims qui sont tous originaires de cette ville. Les images sont très sombres, comme prévu, on voit Dinos tiré sur un brancard illustrant la phrase “Je n’serai qu’un cercueil de plus pour le cimetière local“, il y a de nombreuses références à la mort, au début il est assis sur le toit de l’immeuble puis il a l’air de léviter au dessus comme si il nous parlait du ciel. Avec les images, il traite de bavures policières, des règlements de comptes car on y voit le brassard d’un policier mais également du trafic d’armes, ce qui peut conduire dans les deux cas à la mort. Tout cela se fait en parallèle de sa vie d’artiste où il arrive à remplir la Cigale, exploit qu’il a fait sans l’aide des majors pour l’album Imany qu’il vient dépasser en remplissant l’Olympia 4 mois avant la date du concert. Cette vie d’artiste est rappelée dans le clip lorsque l’on voit en arrière plan les néons des lumières qui suggèrent qu’il est sur une scène. La horde de parapluies noirs fermés à côté de lui rappelle les capuches noires de ses invités pour son mariage funèbre dans Oskur. Dans le clip ont voit également des enfants qui s’amusent au parc sauf que ce bonheur est de courte durée car les enfants grandissent et les tourniquets se vident.

Comme on sait que rien n’est laissé au hasard chez Dinos, on se pose la question de savoir pourquoi ce titre de N’Tiekar et surtout pourquoi avoir ajouté le N’. Le N’ peut signifier la négation, il nous parlerait du quartier mais sans le glorifier plutôt du côté négatif, cela peut être également le fait d’interpeller le quartier car l’apostrophe est une figure de rhétorique pour appeler vivement une personne ou une chose personnifiée comme ici même pour le tiekar. La dernière explication que l’on peut avancer est celle que le N’ nous rappelle de nombreux noms de familles africains (notamment chez les ivoiriens, Camerounais, sénégalais etc…) commençants par cette lettre, il pourrait mettre en valeur le fait que dans le quartier l’immigration africaine est très présente. Sa vie à lui change mais le quartier reste le même, il parle de quitter le N’Tiekar pour retrouver la son-mai
car il ne traîne plus dans le quartier avec ses “nouveaux ennemis” mais il reste chez lui avec ses proches qui ne sont pas nouveaux dans sa vie. On remarque un repli sur lui-même avec cette nouvelle vie malgré cela il n’a pas le choix d’emprunter ce chemin pour fuir ce que le quartier a de mauvais, il rappelle qu’il n’a pas le choix de réussir vu que c’est la seule issue possible “Tout baiser c’est le plan A, tout baiser c’est le plan B“.

Que ce soit en passant par le plan A ou le plan B, il a clairement tout baisé que ce soit par ce clip, par sa chanson ou par son album. Reste plus qu’à tout niquer sur scène mais ça, on n’en doute clairement pas.