samedi 31 octobre 2020

Sasso – J’picole

Devenir rédacteur chez Rapunchline

T'as l'âme d'un journaliste, t'es super motivé et tu t'y connais bien en musique urbaine ? Si tu penses avoir toutes ces qualités, contacte-nous par mail pour rejoindre notre équipe de bénévoles.

Sasso, la nouvelle recrue de Wagram, qui s’est fait connaître grâce à ses freestyles qui cumulent des millions de vues où il pose tantôt de manière énervée tantôt avec des flows mélodieux, dévoile J’picole. Répondant aux attentes de sa fan base, ce titre reprend le premier couplet d’un freestyle très apprécié posté sur Instagram le 15 Mars qui cumule plus de 700 000 vues.

Dans ce titre, il se livre sans détour sur les problèmes qui l’empêchent de dormir et qui le tiennent éveillé durant la nuit le forçant à se noyer dans la boisson « Il s’fait tard, chacun rentre chez lui, moi j’vais pas rentrer, tu connais j’suis khali ». C’est dans ce décor nocturne que Nono Cwap, son fidèle clippeur, nous montre les images de Lyon la nuit, ses superettes ouvertes tardivement pour se ravitailler, ses voies de tram sur lesquelles se poser car les derniers tram sont déjà passés depuis longtemps ou encore ses ponts. 

Sasso, qui vient du quartier de la Villette dans le 3ème arrondissement, se retrouve alors dans la même ambiance que celle lors de laquelle il a écrit cette gamberge. Il revient sur les trahisons de ses soi-disant amis ou encore de celle qu’il aime « J’l’aurais aimée toute ma vie, elle m’a trahi c’est ça la vie », c’est également le moment de se refaire tout son parcours difficile et son travail acharné pour réussir dans la musique « J’ai fais du bénef’, j’allais pas dans le sud, j’ai tout claqué dans l’studio ». Reprenant une formule d’IAM qui disait en parlant de Petit frère « Il marche à peine et veut des bottes de 7 lieues », Sasso reconnaît son entourage et lui-même et admet qu’ils ont voulu grandir trop vite « On savait pas marcher qu’on voulait déjà courir ». Malgré cela il garde le sens des priorités et projette d’aider les siens avant de claquer l’argent dans des choses futiles « Nan ma belle j’pourrai pas tout acheter, j’ai des priorités, trop d’bouches à nourrir ».

Après le featuring Parano avec L’Allemand dans une ambiance estivale dansante, il montre qu’il peut faire des sons avec une gamberge complètement différente, plus profonde, plus mélancolique. Il lui fait d’ailleurs un s/o dans J’picole où il lui propose de partir une semaine à Porto Rico, pourquoi pas, mais sans oublier les auditeurs qui attendent de nouveaux sons rapidement.