mardi 11 août 2020

Tiitof – Capuché

Devenir rédacteur chez Rapunchline

T'as l'âme d'un journaliste, t'es super motivé et tu t'y connais bien en musique urbaine ? Si tu penses avoir toutes ces qualités, contacte-nous par mail pour rejoindre notre équipe de bénévoles.

La révélation venant de la scène trap antillaise, Tiitof, continue toujours à défendre son album Tout à gagner sorti le 10 Avril 2020. Après avoir balancé les clips de Toujours dans le bloc, Bagay Bel avec Landy, Triste Mélodie avec Hornet La Frappe, Comme Papa et enfin Adieu (qui est une réalisation en dessin); on peut visualiser le clip d’un de ses titres Capuché dont le texte est représentatif de son message.

Capuché dont l’instru est composée par Katrina Squad oscille entre un son mélancolique avec la mélodie derrière et banger avec le son des grosses basses. Dans ce titre il revient sur un quotidien de débrouille, d’illégalité et de tout ce qui est découle comme la violence, la perte d’amis proches, la honte devant sa mère etc… Pour se faire il a choisi d’inviter des rappeurs qui vivent ou ont vécu la même chose que lui, il s’est donc entouré d’une grosse partie des artistes trap des DOM-TOM dont Jozii, Evil P, Tency, Marginal, Apoklyps etc… si certains noms ne vous parlent pas, ils ont pourtant tous une notoriété certaine en Guadeloupe et/ou en Martinique. Bien entendu, tous les artistes de cette scène n’ont pas pu être présent, Tiitof ne les oublie pas pour autant car leur Instagram sont mentionnés dans le clip, on y voit notamment Meryl, Pon2mik, Mata, LionP etc… Tiitof se positionne ici comme rassembleur mais également dans un esprit de solidarité car certains d’entre eux sont des artistes en développement, et avec la notoriété qu’il a acquis, il choisit de donner la force qu’il peut comme l’avait fait par exemple Meryl à son planète rap.

Dans le clip d’Ax’Vision, à l’origine du clip de MCG, Tiitof et Evil P Ki Mannyè, on se retrouve du nouveau dans un univers ghetto en concordance avec ce que Tiitof explique. On y voit le quotidien d’un dealer joué par un acteur en bas du bloc, à attendre les clients et les servir. Des fois la caméra remplace ses yeux ce qui nous permet d’avoir sa vision. Il y a également Tiitof entouré des autres artistes, toujours d’bloc sa mère, et tous sont capuchés comme le titre de la chanson. La capuche permet de se cacher car elle masque une partie de la tête, cela peut être utilisé dans ce genre de contexte illicite, c’est également utile lorsqu’il fait froid mais plus largement c’est simplement devenu une mode. La capuche est devenue un symbole anti raciste lorsque le noir américain Trayvon Martin s’est fait abattre par la police sur le seul prétexte qu’il est noir et avait « l’air d’un gangster » avec sa capuche. En protestation contre cette horrible injustice tout un mouvement s’est créé avec le fait de porter une capuche. Tiitof reprend donc ce symbole qui est lourd de sens afin de raconter sa vie.

Une fois de plus, Tiitof utilise sa notoriété pour mettre en lumière d’autres artistes qui sont délaissés par la France hexagonale du fait de la distance. Son leitmotiv ce serait : réussir ? Ok, mais pas tout seul. Avec les autres sons et clips qu’il a envoyé il a montré qu’il savait faire des bangers et de la trap mélancolique, là il nous montre qu’il n’est pas le seul artiste talentueux à venir des Antilles. Cette scène est très dense et il apparaît de plus en plus qu’il faudra compter avec elle.