Conversation avec Gums, photographe et créateur de contenus

par @bonjour_roxane

Rapun­chline est allé à la ren­contre de Gums, jeune pho­to­graphe et You­tu­beur Vitrol­lais. Il nous parle de ses débuts, son par­cours, ses envies et ses ambitions.

R – Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Flo­rian ou Gums, j’ai 28 ans, j’habite à Vitrolles près de Mar­seille, je suis pho­to­graphe depuis l’âge de 14 ans. J’ai fait 2 ans de CAP Pho­to­gra­phie. J’ai été pho­to­graphe pla­teau pour Equi­nox Films puis j’ai col­la­bo­ré avec dif­fé­rents médias tels que le jour­nal la Pro­vence ou Boos­ka P. J’ai éga­le­ment été le pho­to­graphe du rap­peur SCH pen­dant quelques temps et j’ai tra­vaillé avec de nom­breux rap­peurs de façon plus ponc­tuelle comme Tha­bi­ti, Naps, Sopra­no, Soso Maness, Kalash Cri­mi­nel

R – Com­ment as-tu com­men­cé la photo ?

J’ai com­men­cé à prendre des pho­tos de pay­sages, d’architecture dans le Sud de la France ou à l’étranger puisque j’ai eu la chance de beau­coup voya­ger avec mes parents, plus jeune. J’ai débu­té sur un télé­phone pour ensuite inves­tir dans des appa­reils pho­tos jetables et avec un petit appa­reil pho­to compact.

R – Quel maté­riel utilises-tu ?

Actuel­le­ment, je tra­vaille avec un reflex : un canon 700D. 

R – Qu’est-ce qui t’inspires au quotidien ?

Je m’inspire des réseaux sociaux. Prin­ci­pa­le­ment de la pla­te­forme Ins­ta­gram, je suis aus­si le tra­vail de beau­coup de grands pho­to­graphes que j’apprécie. Par exemple, Jéré­my Depu­tat, le pho­to­graphe offi­ciel d’Emi­nem ou bien en France, Fifou dont j’admire et res­pecte énor­mé­ment le tra­vail. Ou encore Koria ou David Dela­place. Le but est de s’inspirer sans pour autant pla­gier ou copier. Je pré­fère avoir ma propre ins­pi­ra­tion et réagir au fee­ling (la lumière, l’angle…).

Je pré­pare les shoo­tings pho­to à l’avance (déco­ra­tion, outillage, idées, plan, angles, lumière …) mais l’inspiration vient, aus­si et sur­tout, sur le moment, en face à face avec les modèles.

R – Tu as lan­cé un nou­veau for­mat sur ta chaîne You­tube. Peux-tu nous en parler ?

J’ai lan­cé un nou­veau for­mat bap­ti­sé « Les chro­niques de Gums : la chaise pliante dans le ben­do », sur lequel je tra­vaille en col­la­bo­ra­tion avec Street Zone Prod. C’est mon ami et pro­duc­teur, Naeed, qui a vali­dé ce concept. Son appro­ba­tion et son avis sont essen­tielles à mes yeux. J’ai, par la suite, contac­té des marques de mode car je pen­sais qu’il serait inté­res­sant de col­la­bo­ra­tion avec : j’ai débu­té ces col­la­bo­ra­tions avec Foot Kor­ner. Main­te­nant, je tra­vaille avec Vrunk et Ree­bok.

Le concept c’est un shoo­ting pho­to d’artistes fil­mé sur une chaise pliante. Mon équipe et moi ren­con­trons les artistes dans leur quar­tier res­pec­tif. Pour ter­mi­ner, je leur pro­pose une inter­view sur leurs pro­jets à venir.

En 2021, j’ai com­men­cé la sai­son 1 avec Dika, un rap­peur de Vitrolles, Sysa de la Cayolle à Mar­seille puis Graya, Lebeey et Dadih­no, éga­le­ment artistes mar­seillais. 

Pour la sai­son 2, je sou­haite élar­gir mon registre et invi­ter des influen­ceurs, des comé­diens, des acteurs, des beatmakers …

R – Com­ment choi­sis-tu tes modèles et tes invités ?

Je sou­haite, dans un pre­mier temps, tra­vailler avec des artistes qui ont déjà une cer­taine répu­ta­tion et noto­rié­té. Pour être hon­nête, la fina­li­té pre­mière de faire connaitre mon concept et mon tra­vail. Ensuite, je pour­rais tra­vailler et col­la­bo­rer avec des artistes en déve­lop­pe­ment pour accroître leur propre noto­rié­té. Il est évident que tous les médias ont débu­té comme ça, c’est le jeu. 

Concer­nant le pre­mier contact, la connexion, cer­tains me contactent via mes réseaux ou de moi même, je pro­pose mon concept et échange à pro­pos de mon travail.

A plus long terme, j’aimerais éga­le­ment me déve­lop­per et suivre des artistes en concert pour les shoo­ter sur scène et après. C’est une idée qui me tra­vaille (dou­ce­ment).

R – As-tu une anec­dote de shoo­ting à nous raconter ?

Il y a quatre ans, je me trou­vais sur le tour­nage d’un clip du rap­peur Alon­zo au Plan d’Aou. Alon­zo et la figu­rante qui jouait sa mère tour­naient une scène. Au même moment, la Police inter­vient en second plan sans savoir qu’elle était fil­mée. La scène était impro­bable et très forte. Le rap­peur et son équipe ont ado­ré la scène et la pho­to­gra­phie en question.

R – Avec qui rêves-tu de collaborer ?

Cela me semble impos­sible mais Emi­nem. En France, Alon­zo, Jul ou Soso Maness.

R – Tu es éga­le­ment très pré­sent sur Ins­ta­gram. Com­ment uti­lises-tu cette plateforme ?

Je l’utilise quo­ti­dien­ne­ment : mon pro­fil Ins­ta­gram c’est un peu mon book, ma carte de visite. Je poste, très régu­liè­re­ment, mes pho­tos, je les mets en valeur au maxi­mum. C’est une super pla­te­forme pour par­ta­ger mon tra­vail. 

Je fais aus­si de la pro­mo pour ma chaîne You­tube. 

R – Quelle impor­tance accordes-tu à la post production ?

Je ne retouche pas vrai­ment mes pho­tos, j’aime les pho­tos natu­relles. Cela m’arrive de faire quelques retouches mais j’aime le côté spon­ta­né et natu­rel des pho­tos et des modèles. Sinon je tra­vaille sur Ligh­troom, toute ma post pro­duc­tion est sur ce logiciel.

R – Qu’est-ce qu’on peut te sou­hai­ter pour la suite ?

Beau­coup d’artistes pour la chaise pliante, que le concept et la chaîne évo­luent. Les réseaux éga­le­ment. Et beau­coup de shootings.

R – Mer­ci beau­coup, Flo­rian, pour ton temps et tes réponses.

Retrou­vez Gums sur Ins­ta­gram @gums_officiel ou sur sa chaîne You­Tube Gums Offi­ciel (les chro­niques de Gums : la chaise pliante dans le ben­do).

À la une