La grande aventure “Gran Theft Auto” commence au début des années 00′ avec un jeu en 2D complètement à l’ouest niveau technique. Rien de prenant sur le papier, le GTA 2 ressemble à un jeu quelconque en 16 bits loin des standards 3D qui commencent à débarquer à cette époque sur PC et compatibles. Pourtant le jeu honni par la critique devient un véritable phénomène en raison de son principe. On y incarne un gangster furieux qui marque des points à chaque qu’il effectue une mission ou même écrase les passants. Si les jeux de rôle des 00′ issus des légendes de Tolkien mettent l’accent sur le côté héroïques, GTA met en scène un anti-héros notoire. C’est avec GTA 3 que le jeu entre dans la 3D, et deviens complètement “mainstream”. 13 ans plus tard avec GTA 5, l’épiphénomène devient tout simplement un classique du jeu vidéo. Les différents épisodes de la franchise créée par RockStar Games sont aussi attendues que les Fifa ou les PES. Avec ce dernier épisode sorti en 2013, le jeu aurait généré 1 milliard de dollars.

C’est ainsi que Rob Ryan prépare un documentaire sur GTA avec la boite de production “Salon Picture“. Le docu s’intitule “The Billion Dollar Game” en référence aux chiffres de vente extraordinaire du dernier épisode (dont on chuchote qu’il aurait généré 1 milliard de dollars de revenus… dans les 3 premiers jours d’exploitation). Les créateurs de GTA V espèrent dépasser la barre des 100 millions de copies vendues. Phénomène peu compris en France ou carrément mis en marge, le jeu vidéo génère chaque année dans le pays plus d’argent que l’industrie musicale et cinématographique réunie.

@le_z_de_ze_z #METOO je me suis pris une droite dans un aéroport. J'ai pas fait de prison ... Mais #BalancetonRappeur Mec !